L’étudiant italien tué en Egypte a subi une « violence animale inhumaine »

Une autopsie pratiquée en Italie sur la dépouille de l’étudiant italien tué en Egypte a établi que ce dernier a subi une « violence animale inhumaine », selon le ministre de l’intérieur italien, Angelino Alfonso.

Le ministre a exhorté le président égyptien Abdel Fattah Al Sissi à la « coopération totale dans l’enquête au sujet de ce crime », révélant qu’il n’a pas encore repris son souffle après l’observation du corps.

Le Parquet italien a ouvert une enquête sur la torture infligée à la victime, Julio Rigini (28 ans) le 25 janvier dernier, jour de l’anniversaire de la révolution qui avait conduit à la démission forcée de l’ancien président égyptien Hosni Moubarak.

La dépouille de M. Rigini avait été découverte dans un endroit inhabité à l’extérieur du Caire plusieurs jours après sa disparition.

L’ambassadeur italien au Caire qui avait observé la dépouille en Egypte a indiqué que cette dernière porte des traces de torture et de brûlure et était dans un état extrêmement choquant.

L’autopsie réalisée en Italie a conclu que la mort a été causée par une fracture dans les vertèbres du cou.