Les troupes ouest-africaines restent en Gambie pour au moins trois mois

0
17

La mission militaire déployée en Gambie par la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao) pour renforcer la sécurité du régime du nouveau président Adama Barrow, a été prolongée de trois mois, a annoncé la présidence gambienne.

La Cédéao avait lancé le 19 janvier une opération militaire, formée officiellement de cinq pays membres de cette organisation régionale, pour forcer au départ le chef de l’Etat sortant gambien Yahya Jammeh qui refusait de céder le pouvoir au président élu Adama Barrow après l’élection présidentielle du 1er décembre dernier.

M. Jammeh, qui était au pouvoir depuis 22 ans, a finalement quitté le pays le 21 janvier pour un exil en Guinée équatoriale.

Cette reconduction du mandat de la mission intervient après que le commandant sénégalais de cette force de la Cédéao en Gambie, le général François Ndiaye, eut récemment annoncé une « réduction progressive » à partir de fin janvier des troupes ouest-africaines, formées de 4.000 hommes au summum de la crise.

Le nouveau président tente d’imprimer sa marque après le départ de Yaya Jammeh. Il a annoncé une réforme de l’Agence nationale du renseignement, accusée par les défenseurs des droits humains d’avoir commis de nombreuses exactions sous l’ancien régime. M. Barrow a aussi confirmé à une délégation de l’Union européenne reçue à Banjul que son pays n’allait plus se retirer de la cour pénale internationale, contrairement à la décision de l’ex-chef de l’Etat. La Gambie devient, avec le Sénégal et le Nigeria, l’un des rares pays à prendre le contre-pied de l’union africaine qui a adopté une résolution pour encourager les pays membres à quitter la cpi qu’elle accuse de partialité envers les dirigeants du continent.

Accueilli le 15 janvier au Sénégal, à la demande de la Cédéao, M. Barrow a prêté serment le 19 janvier à l’ambassade de Gambie à Dakar, peu avant le lancement de l’opération militaire ouest-africaine.

Voa avec Afp