Les Américains quittent la Gambie et ferment leur Ambassade : ça sent mauvais pour Jammeh

Une fermeture qui indispose, et qui suscite moult interrogations, à Banjul où la section consulaire de l’ambassade des États-Unis, depuis le 2 mars dernier, a fermé ses portes. Ce, jusqu’à nouvel ordre. Des circonstances imprévues justifieraient la fermeture du consulat, ce qui est loin de convaincre les usagers de la représentation diplomatique du pays de l’Oncle Sam, chez Yaya Jammeh.

À en croire l’ambassade des États-Unis à Banjul, « Le consul général est en congé de maternité. Un congé qui coïncide par un concours de circonstances, avec l’arrêt maladie de son adjoint », renseignent des sources du quotidien EnQuête, dans son édition de ce samedi 12 mars 2016.

Une information relativisée toutefois par un ancien diplomate, qui trouve ces explications peu convaincantes, étant donné que le conseiller politique (political officer) ou le chef de cabinet (General Services officer), selon lui, peuvent, chacun, assurer l’intérim en l’absence du consul général.

La même source d’évoquer toutefois, « les risques d’instabilité (qui) deviennent de plus en plus inquiétantes en Gambie où tout peut basculer à tout moment ». Et d’ajouter : « Depuis quelques semaines, le président Yahya Jammeh qui se plaint beaucoup du laxisme de sa garde rapprochée est entouré d’hommes venus du Moyen-Orient qui ont leur base à Kanilaï au vu et au su de tout le monde ».

Cette fermeture intervient donc dans un contexte préélectoral de tous les dangers. Mais une chose est sûre : le service consulaire reste fermé jusqu’au 20 mars, officiellement, même si rien ne garantit la reprise des services, après cette date.