Le Sénégal fait fort pour l’autonomisation des femmes…Un budget de plus de 22 milliards

Le plan d’action national pour l’autonomisation des femmes du Sénégal a été validé mardi à Dakar pour un budget de 22,6 milliards FCFA.
Au total, ce sont 22 689 040 000 FCFA dont les 10% seront alloués au fonctionnement, qui sont nécessaires pour ce plan d’action étalé sur trois ans, sous la supervision du ministère de la Femme, de la Famille, de l’Enfance et de l’Entrepreneuriat féminin.

« Ce plan achève un processus d’étude entamé en 2013 qui a permis d’élaborer un plan triennal pour l’autonomisation des femmes. Ce plan multisectoriel dont le but est de mettre en place, dans une démarche inclusive et participative, des mécanismes institutionnels ainsi que des stratégies de promotion socio-économique de la femme, en particulier de la femme rurale, revêt une importance capitale pour le Gouvernement du Sénégal », a expliqué Sidy Guèye.

Le secrétaire général du ministère de la Femme, de l’enfance et l’entrepreneuriat féminin ouvrait l’atelier de validation du plan d’action national pour l’autonomisation de la femme doté de 22 690 040 000 f cfa.

Selon M. Guèye, les femmes continuent de vivre dans des situations difficiles et de dépendance en ce 21-ème siècle. Suffisant pour qu’il estime que cette situation est d’autant plus absurde que, démographiquement majoritaires, elles jouent un rà´le essentiel dans le soutien à la sécurité alimentaire.

Les femmes contribuent également à l’amélioration des moyens de subsistance, génèrent des revenus et effectuent la plus grande partie du travail non rémunéré, a-t-il souligné.

« En somme, elles assurent le bien-être général. Malgré cette participation appréciable à l’effort collectif, les femmes continuent de subir des discriminations dans l’accès aux terres de bonne qualité ainsi qu’aux autres ressources productives telles que l’énergie, l’eau, les pà¢turages, les forêts, les intrants agricoles », a poursuivi Sidy Guèye.

Toutes choses qui font dire à Marie Pierre Racky Chopin d’ Onufemmes que ce plan d’action va créer un environnement propice au développement économique et social de la femme sénégalaise.