Le Président embarrassé… Les journalistes réclament le limogeage du ministre de l’intérieur

Le Syndicat des journalistes égyptiens a réclamé le limogeage du ministre de l’intérieur après la perquisition par les forces de sécurité de son siège au Caire et l’arrestation de deux de ses membres.
C’est une « mesure sans précédent », a dénoncé le Syndicat qui a convoqué une assemblée générale mercredi et annoncé un sit-in à l’intérieur du siège jusqu’à la tenue de cette assemblée.
La police égyptienne est entrée la nuit dernière au siège dudit syndicat et arrêté les deux journalistes Amr Badr et Mahmoud Sagha.

Toutefois, le ministère de l’intérieur a indiqué que les deux hommes ont été arrêtés suivant une décision du Parquet et en coordination avec le responsable sécuritaire du Syndicat.
Il a ajouté dans un communiqué que MM. Badr et Sagha se sont rendus de leur propre gré et sans usage d’aucune forme de violence.

Le Syndicat a considéré que cet incident « augure d’une nouvelle méthode de comportement des autorités compétentes à l’égard des syndicats professionnels ».

Un certain nombre de journalistes et de personnalités publiques ont exprimé leur indignation de la perquisition du siège du Syndicat et de l’arrestation des deux journalistes.

« Il s’agit d’une violation flagrante de la loi sur le Syndicat des journalistes », a affirmé Dhiaa Rachouane, ancien président de ce syndicat.

Selon lui, la loi interdit la perquisition Syndicat des journalistes ou de ses sections sans la présence de l’un des membres du Parquet général et du président du Syndicat ou de son représentant.

De son côté, le Syndicat des ingénieurs égyptiens a exprimé sa solidarité avec les journalistes et son appui dans toute action juridique qu’ils comptent engager.