Le président de l’Ouzbékistan Islam Karimov est mort

Un vestige de l’ère soviétique tire sa révérence. Le président de l’Ouzbékistan Islam Karimov, 78 ans, est décédé ce vendredi, annonce une source officielle. Victime d’une hémorragie cérébrale, il avait été hospitalisé dimanche et se trouvait dans un « état critique ». Depuis plusieurs jours, des rumeurs évoquaient déjà sa mort.

Réélu en 2015 avec 90% des voix

Né le 30 janvier 1938, le président ouzbek a grandi dans un orphelinat avant de poursuivre des études de mécanique et d’économie. Il a gravi tous les échelons de l’appareil du Parti communiste à l’époque de l’URSS jusqu’à prendre la tête de la république soviétique d’Ouzbékistan, un des principaux exportateurs mondiaux de coton et frontalier de l’Afghanistan.

Au moment de l’indépendance du pays, en 1991, il était parvenu à se maintenir au pouvoir, et s’était aussitôt employé à éloigner ses rivaux politiques. Réélu en 2015 avec plus de 90% des voix, il était régulièrement accusé par des ONG de trafiquer les élections, d’arrêter arbitrairement des centaines d’opposants, et de soutenir l’usage fréquent de la torture dans les prisons. Ses détracteurs lui reprochent également d’avoir laissé une élite corrompue s’emparer de tous les leviers du pouvoir.

Malgré des rumeurs persistantes sur la fragilité de son état de santé, Islam Karimov n’avait désigné aucun successeur. Un temps favorite, sa fille aînée Goulnara est tombée brusquement en disgrâce après avoir comparé son père à Staline…