Le mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré n’a jamais été annulé

Le mandat d’arrêt international émis contre l’ex-président burkinabè Blaise Compaoré, dans le cadre des enquêtes sur la mort du capitaine Thomas Sankara, n’a jamais été annulé, selon la justice militaire du Burkina Faso qui a produit un communiqué à cet effet.

Le communiqué signé du commissaire du gouvernement, Alioun Zanré, et parvenu à APA lundi, précise que « contrairement aux informations véhiculées par la presse ces derniers temps, le parquet du Tribunal militaire de Ouagadougou tient à informer l’opinion publique que le seul juge d’instruction militaire en charge du dossier Thomas Sankara n’a jamais été dessaisi dudit dossier ».

Dans son communiqué, le commissaire du gouvernement « réitère sa bonne compréhension de l’intérêt de l’opinion publique et de la presse nationale et internationale pour ce dossier et pour la justice en général ».

L’ex-président burkinabè, Blaise Compaoré est arrivé au pouvoir, après le coup d’Etat du 15 octobre 1987, dans lequel le capitaine Thomas Sankara qui dirigeait le Burkina Faso, a perdu la vie.

Les premiers résultats avaient indiqué que le présumé corps de Thomas Sankara avait été criblé de balles, alors que les tests ADN n’avaient pas permis d’identifier formellement son corps, en raison du mauvais état de ses restes.

Suite à l’insurrection populaire de fin octobre 2014, Blaise Compaoré a été chassé du pouvoir. Il s’est exilé en Côte d’Ivoire d’où est originaire son épouse Chantal et a pris la nationalité de ce pays.

Depuis fin avril dernier, la presse locale fait état d’annulation, par la Cour de cassation, du mandat d’arrêt contre Blaise Compaoré, pour vice de forme, de même que celui émis contre le président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, dans le cadre du dossier du putsch manqué de mi-septembre 2015.