Le Burkina Faso et le Togo veulent mutualiser leurs efforts et encourager la coopération en matière de sécurité

Le Burkina Faso et le Togo veulent mutualiser leurs efforts et encourager la coopération en matière de sécurité et de renseignements conformément aux directives des chefs d’Etat des deux pays.

Depuis mars dernier, les deux ministres en charge de la sécurité, Yark Damehame et son homologue burkinabè Simon Compaoré multiplient les concertations et les visites mutuelles, afin d’affiner davantage la coopération.

Les deux responsables ont recommandé l’organisation d’opérations conjointes périodiques de lutte contre la criminalité transfrontalière, dont la première doit s’effectuer avant la fin de l’année 2016.

Le poste de contrôle juxtaposé de Cinkassé (ville frontalière entre les deux pays) sera opérationnalisé afin de maîtriser les flux migratoires et la lutte contre la fraude .

De même, il est envisagé une collaboration plus accrue entre les services de renseignement en vue de partager des informations utiles sur les mouvements des individus suspects d’un pays à l’autre afin de lutter contre le terrorisme.
Depuis le début de l’année 2016, le Burkina Faso subit des attaques terroristes.

En janvier 2016, un couple australien, le Dr Kent Elliott et sa femme, avait été enlevé dans le Sahel, avant l’attaque terroriste de la capitale revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

Le Burkina Faso a décidé de consacrer, durant cette année, 2,3 milliards de FCFA à la lutte contre le terrorisme et a entrepris de réorganiser sa sécurité avec la création d’une Agence nationale de renseignements et d’un Conseil national de la défense et de la sécurité.