L’Afrique connaît son taux de croissance le moins élevé depuis 2009

La dernière édition d’Africa’s Pulse, publication semestrielle du Groupe de la Banque mondiale qui analyse les perspectives économiques de l’Afrique subsaharienne  a   révélé que l’activité économique a ralenti en Afrique subsaharienne avec en moyenne une croissance du PIB de l’ordre de 3,0 %, au lieu des 4,5 % enregistrés en2014.  Selon cette étude il  s’agit du taux de croissance le moins élevé depuis 2009.  Cette mauvaise performance tient, d’après cette étude,  à l’effondrement des cours des matières premières– en particulier ceux du pétrole qui ont chuté de 67 %entre juin 2014 et décembre 2015 – et à l’atonie de l’économie mondiale, surtout du côté des marchés émergents.« Les pays sont en train de s’adapter à une conjoncture mondiale économique plus difficile mais les gouvernements devront redoubler d’efforts pour mobiliser davantage leurs ressources nationales. Cette tendance à la baisse des cours des matières premières, en particulier ceux du pétrole et du gaz, rend nécessaire la mise en œuvre de réformes susceptibles de libérer le potentiel de croissance en Afrique et de fournir une électricité abordable à la population », a déclaré Makhtar Diop, vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique.