La plainte de Soro contre le fils de Gbagbo classé sans suite

La plainte déposée à Paris en décembre 2015 par Guillaume Soro contre Michel Gbagbo pour « dénonciations calomnieuses » a été classée sans suite, a-t-on appris mercredi.

Datée du 20 décembre 2015, la plainte du président de l’Assemblée nationale pour « dénonciations calomnieuses » à l’encontre de Michel Gbagbo a été classée sans suite le 13 janvier par le tribunal de grande instance de Paris, a expliqué mercredi 20 avril à Jeune Afrique Me Habiba Touré, l’avocate du fils de l’ancien président ivoirien.

Guillaume Soro estimait dans ce document que la plainte déposée en juin 2012 par Michel Gbagbo devant la justice française contre lui et dix anciens comzones – les chefs de l’ex-rébellion pro-Ouattara – pour « enlèvement, séquestration, traitement inhumain et dégradant », était sans fondement.

Accolade remarquée

Premier ministre et ministre de la Défense au moment de la capture de Michel Gbagbo, Soro avait été convoqué en tant que témoin assisté par Sabine Khéris, la juge d’instruction parisienne en charge du dossier. Début décembre, cette dernière avait même tenté de l’interpeller à l’occasion d’un de ses voyages à Paris. C’est après cet événement, qui avait particulièrement incommodé Abidjan, que le président de l’Assemblée nationale avait déposé plainte.

L’annonce de la décision de la justice française intervient quelques jours après que les deux hommes se sont fait une accolade remarquée à l’occasion des célébrations des 20 ans du groupe de zouglou, Yodé et Siro, le 16 avril.