La mère d’un soldat raconte son fils tué dans l’attaque terroriste de Grand-Bassam

Mazara Ouattara (photo), la mère du soldat 1ére Classe Moussa Abassi Ouattara dit la ‘’Panthère’’ des Forces Spéciales ivoiriennes, tué lors l’attaque terroriste de Grand-Bassam, digne dans la douleur, a parlé de son défunt fils, son ‘’seul soutien’’, en marge de la cérémonie d’hommage aux trois victimes militaires, vendredi, à l’Etat-major général des armées.

Le visage étreint par la douleur de la perte de celui qui représentait ‘’tout » pour elle, dame Mazara Ouattara, la génitrice de Moussa Abassi Ouattara dit ‘’ la panthère », l’un des héros des Forces Spéciales qui ont sacrifié leurs vies pour neutraliser les terroristes, est attentive à l’hommage rendu à son fils et à ses camarades par le Général Lassina Doumbia, commandant des Forces Spéciales ivoiriennes.

De temps en temps, elle essuie quelques larmes ‘’rebelles » qui perlent du coin de ses yeux. A la fin de la cérémonie en présence du chef de l’Etat, Alassane Ouattara, Mazara Ouattara, la gorge toujours nouée d’émotion, parle de son défunt fils, après avoir reçu la médaille de Chevalier de l’Ordre national décernée à son fils à titre posthume.

‘’Je n’ai plus d’espoir mais je prie pour lui. C’est ce que Dieu a prévu pour lui », lâche Mme Ouattara, ‘’soulagée par l’hommage de l’Etat et des Forces Spéciales à mon fils et à ses camarades défunts », ajoute-t-elle.

Tenaillée par un mal, dame Ouattara se dit, profondément, ‘’touchée » par la perte de Moussa Abassi. ‘’Avec la mort de mon enfant qui s’occupait de moi, je suis, davantage, peinée dans ma maladie.
C’était lui qui me soignait », se lamente-t-elle.

‘’Depuis qu’il est entré dans ce métier qu’il a aimé dès son bas âge, je priais pour lui. Malheureusement, Dieu a fait sa volonté », se résigne la mère de ‘’Panthère ».Selon dame Ouattara, son fils a été surnommé ‘’Panthère » parce qu’il ‘’avait un gros cœur et ne rechignait à rien ».

‘’Lorsqu’il était petit, il disait qu’il allait devenir militaire et son surnom de jeunesse c’était +général Merci+ du nom d’un général d’armée dont il avait entendu parler et à qui il voulait lui ressembler », se souvient-t-elle. Malheureusement, poursuit Mme Ouattara, ‘’il n’a pas grandi pour être Général comme son idole, dieu l’a arraché à notre affection », conclut-elle, en sanglots.

Le 13 mars, des terroristes ont ouvert le feu sur des plages dans la cité balnéaire de Grand-Bassam, tuant 19 personnes dont trois soldats des Forces spéciales, notamment, le Sergent Gervais N’Guessan Kouadio (40 ans), les soldats de première Classe Moussa Abassi Ouattara (29 ans) et Hamed Diomandé (26 ans)et faisant 33 blessés.