La légende du Football Johan Cruyff est mort…L’inventeur du foot moderne

La légende du football néerlandais Johan Cruyff a perdu son combat avec la maladie, jeudi. Le « Néerlandais volant » est mort à Barcelone. Agé de 68 ans, il souffrait d’un cancer du poumon. Son site officiel l’a annoncé en début d’après-midi.

cruiyffC’est un géant qui est parti jeudi. Un immense footballeur et même bien plus que cela. Johan Cruyff est mort à Barcelone des suites d’une longue maladie. Son site officiel l’a annoncé en début d’après-midi. Par un tweet laconique. Mais qui en disait bien plus qu’on ne l’aurait souhaité : Johan Cruyff 1947-2016 (RIP).

L’ancien joueur de l’Ajax Amsterdam est mort « paisiblement à Barcelone, entouré par sa famille après une dure bataille contre le cancer », peut-on lire sur son site officiel. Agé de 68 ans, le triple Ballon d’Or (1971, 1973, 1974) avait révélé qu’il souffrait d’un cancer du poumon à l’automne 2015. Ancien fumeur invétéré (il avait arrêté en 1991 après une opération cardiaque), le Néerlandais semblait aller mieux au milieu de l’hiver, c’est ce qu’il affirmait d’ailleurs à la mi-février. « En ce moment, j’ai l’impression de mener 2-0 en première période d’un match qui reste à finir, mais dont je suis persuadé que je vais le gagner », confiait-il. Johan Cruyff a fini par perdre le combat.

Un génie ballon au pied avec une tête bien faite

Johan Cruyff restera dans l’histoire comme un footballeur à part. Un joueur qui a embrassé sa génération comme nul autre, peut-être. Cruyff, né footballistiquement aux Pays-Bas du côté d’Amsterdam, c’est un génie ballon au pied avec une tête bien faite et des convictions. Sa légende, le Néerlandais la construira entre Amsterdam et Barcelone, où il part en 1973 après avoir mis l’Europe à ses pieds avec l’Ajax. Trois ans de suite.

« El Flaco » – « le maigre », son surnom à Barcelone – est passé à deux doigts de transformer le monde en gigantesque ballon orange. C’était durant l’été 1974 et, avec ses copains aux cheveux longs, il avait emmené les Pays-Bas jusqu’en finale de la Coupe du monde où le rêve ultime s’effondra face à la RFA de Beckenbauer (2-1). Il y a eu la suite, de Los Angeles à Feyenoord (où il termina sa carrière pour « ennuyer » l’Ajax), ce fut moins grandiose. Mais ce n’était pas encore la fin. Car la carrière du Catalan d’adoption prit une autre dimension (si tant est que ce fut possible) quand il décida de s’asseoir sur le banc de l’Ajax. Puis du FC Barcelone.