La France se dit ouverte à « des propositions d’évolution » du franc CFA

Le Monde.fr avec AFP  Les conséquences de la chute des cours des matières premières ont dominé la réunion des ministres de la zone franc, samedi 9 avril, à Yaoundé. Réunis pour leur sommet bisannuel, en compagnie du ministre français des finances Michel Sapin, les « grands argentiers » des 15 pays africains membres de la zone ont insisté sur la nécessaire« diversification » de leurs économies et les « efforts » à faire pour « rationaliser les dépenses » publiques.
Les pays de la zone franc, composée de deux sous-ensembles (l’UEMOA en Afrique de l’Ouest et la CEMAC en Afrique centrale), ont vu leurs recettes chuter lourdement depuis 2014 en raison de la baisse des cours du pétrole, mais aussi du bois, du fer ou du coton.
Dans le même temps, plusieurs d’entre eux ont fortement augmenté leurs dépenses publiques, en investissant notamment dans de lourds projets d’infrastructures.
« Les Etats de la zone ont de moins en moins de réserves de change. Certains ont des arriérés de paiement et des difficultés pour verser les salaires », s’inquiète ainsi une source proche des discussions, qui redoute une spirale « d’endettement ».
Selon le Fonds monétaire international (FMI), les pays de la CEMAC, les plus menacés par la baisse des cours, pourraient enregistrer un déficit de leurs comptes courants de 8 % du PIB (Produit intérieur brut) en 2016, alors qu’ils se trouvaient dans une situation de quasi-équilibre en 2013. Une situation qui a poussé certains à contracter des emprunts auprès des marchés internationaux, à des taux frôlant parfois les 10 %.