La FESCI suspend son mot d’ordre de grève pour 72

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) a suspendu, dimanche, pour 72 heures son mot d’ordre de grève qui a paralysé la semaine dernière, le monde universitaire notamment l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody.
Dans une déclaration présentée au journal télévisée de 20 heures de la première chaîne nationale de la Radiodiffusion télévision ivoirienne (RTI, service public) , le « National Kennedy » en charge de l’organisation au sein du bureau exécutif de la FESCI a précisé que cette structure « suspend le mot d’ordre de grève pour 72 heures, période au cours de laquelle des négociations devant aboutir à la satisfaction de nos revendications académiques et scolaires et à la libération de tous nos camarades arrêtés ».

La ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique Pr Ramata Ly Bakayoko , tout en déplorant les violences et les dégâts, a pour sa part indiqué que « l’Etat est très conscient » de la situation et lancé un appel à la sérénité », au cours d’une visite au sein de l’université de Félix Houphouët-Boigny de Cocody dont elle a été la Présidente.

« Le Premier ministre a mis en place un cadre de concertation et de discussion qui est composé des membres du Comité national des jeux de la Francophonie, de la direction du Centre Régional des Œuvres Universitaires (CROU), de l’université, des ministres impliqués dans l’organisation des jeux pour trouver ensemble de meilleures solutions pour le relogement des étudiants », a rassuré la ministre Ly Ramata Bakayoko.

L’université Félix Houphouët-Boigny a été le théâtre d’affrontements la semaine dernière entre des policiers et des étudiants qui avaient à l’initiative de la FESCI enclenché un mouvement de grève pour revendiquer des meilleurs conditions d’études et protester contre la réquisition prochaine des chambres des cités universitaires au profit des athlètes des jeux de la Francophonie que la Côte d’Ivoire va accueillir en 2017.

Plusieurs étudiants ont été arrêtés à l’issue de ces mouvements parmi lesquels Fulgence Assi, le Secrétaire générale de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI) qui a été transféré depuis jeudi à la Maison d’arrêt et de Correction d’Abidjan (MACA), selon ses proches.