La délégation nigérienne pour le SIBVAO à Abidjan, victime des coupeurs de route et de tracasseries policières

La délégation nigérienne venue prendre part au Salon international de bétail et viande de l’Afrique de l’ouest (SIBVAO) a été l’objet le 31 août d’une d’attaque par une bande armée entre Tafiré et Niakaramandougou , au centre-nord ivoirien, a appris APA, vendredi, auprès du président de la filière bétail et viande du Niger, Bello Doua dénonçant de  »fortes tracasseries policières » à la frontière.

M. Bello s’insurge contre le  »comportement de certains policiers et gendarmes ivoiriens » sur la route. ‘’Depuis 8 jours, nos bêtes sont sur la route où nos chauffeurs ont été rançonnés mercredi (31 août) par des policiers et des gendarmes. Ils ont été bloqués pendant 3 jours à la frontière ivoirienne’’ a expliqué dans un entretien à APA, Bello Doua. ‘’Nous avons saisi le président Issiaka Sawadogo (Président de la Confédération de la filière bétail) pour ces tracasseries. Il s’est engagé à régler le problème. Suite à l’intervention du Préfet de la région, ils ont été libérés après 3 jours à la frontière’’, a ajouté M. Bello. Par la suite, a-t-il poursuivi, ‘’notre délégation a été victime d’attaque par des coupeurs de route’’. Ousseni Saley chef boucher de la ville de Zinder au (Centre-Est) du Niger, une des victimes des couleurs de route, raconte. ‘’Il était aux environs de 17h, mercredi, sur le tronçon Tafiré-Niakara, nous avons vu des gens couchés dans la paille. Ils ont tiré des coups de feu en l’air pour alerter leurs complices de notre présence. Aussitôt, 3 autres personnes surgissent avec des kalachnikovs et ils ont commencé à tirer en l’air. Le chauffeur a immobilisé le bus qui a été arrosé de coups de feu, en nous tenant en respect.’’, a expliqué Ousseni Saley. Selon lui, cette horreur a duré une quinzaine de minutes. A bord de l’auto cars

Rumbo , ‘’de la déposition que nous avons faite à la gendarmerie de Niakara, on signale la perte de la somme totale de 1 million FCFA des 19 personnes de la délégation  ». En plus, ‘’nous avons aussi été victimes de tracasseries policières à Laléraba qui est le premier poste de police à l’entrée du territoire Ivoirien. J’ai payé des contraventions sur la route pour la délégation au niveau de la police et de la gendarmerie et les dépenses sur la route nous ont couté 121 500 FCFA », a souligné M. Saley. ‘’Pour le SIBVAO au niveau de la frontière ivoirienne logiquement on devrait nous laisser passer quand on présente le document de la délégation. Nous venons dans votre pays pour faire valoriser un salon et on devrait nous faciliter la tâche au lieu de nous bloquer’’ a déploré le chef boucher indiquant que ‘’même les animaux ne sont pas rentrés’’. ‘’ Nous sommes au 3è jour du SIBVAO et la délégation nigérienne n’est même pas installée, vraiment nous déplorons cela et moi personnellement j’ai été déçu’’, a-t-il conclu. Le salon international bétail-viande de l’Afrique de l’ouest (SIBVAO) qui est à sa première édition s’est ouvert, mercredi. Il vise à favoriser la professionnalisation, la modernisation, la performance et la rentabilité de la filière bétail et viande.