La CPI prononce un non-lieu pour le vice-président du Kenya

La chambre d’accusation de la CPI a rendu mardi un jugement en faveur de la demande de non-lieu formulée par les avocats du vice-président du Kenya, William Ruto (photo), et de son compatriote journaliste, Joshua Arap Sang, rapportent les médias locaux.
Deux des trois juges, Chile Eboe-Osuji et Robert Fremr, ont répondu favorablement à la demande d’acquittement, tandis que le troisième juge, Olga Carbuccia a eu un avis contraire.

Le Procureur de la CPI, Fatou Bensouda a cependant la possibilité de faire appel de la décision, selon la Télévision d’Etat KBC.

Pour le vice-président Ruto et Joshua Arap Sang, l’épreuve a duré six ans durant lesquels les deux co-accusés ont tenté de laver leur honneur devant la CPI qui les poursuivait dans le cadre des violence postélectorales 2007/08, qui avait fait plus de 1300 morts et déplacé plus de 600.000 personnes.

Les deux hommes étaient poursuivis pour trois chefs d’accusation de crimes contre l’humanité : meurtre, déportation forcée et persécution.

L’avocat de la défense a donc requis l’acquittement dans cette affaire par le biais d’un “non-lieu” en faisant valoir que le Procureur de la CPI, Fatou Bensouda, n’avait pas suffisamment de preuves contre ses
clients.

L’annonce faite mardi par les juges juge de la chambre d’accusation appuyant la demande de la défense a changé tous les calculs de Mme Bensouda, obligée de revoir ses plans.

La décision rendue signifie que le dossier est techniquement clos, et que Ruto et Sang sont maintenant des hommes libres.