La Côte d’Ivoire perd plus de 22 milliards FCFA dans la fraude de l’exploitation forestière

La fraude dans l’exploitation forestière fait perdre annuellement un peu plus de 22 milliards de FCFA à l’Etat de Côte d’Ivoire, a-t-on appris jeudi de source proche du ministère ivoirien des eaux et forêts.
Une note d’information annonce que le ministère des eaux et forêts a découvert, « l’une des plus importantes fraudes » dans l’exploitation forestière en Côte d’Ivoire où des milliers de grumes sont coupés frauduleusement dans l’une des annexes de la société Thanry, située à Danané (à environ 637 km d’Abidjan) dans l’extrême ouest-ivoirien.

Dans la foulée de cette découverte, le ministre des eaux et forêts, Louis-André Dacoury-Tabley, « a ordonné la fermeture de cette société, en attendant que les enquêtes diligentées situent l’ampleur de la fraude et les conséquences judiciaires à donner », stipule un communiqué du ministère.

« Les bois frauduleux ont été découverts par l’Unité spéciale d’intervention, créée il y a un mois par le Ministre des eaux et forêts pour lutter contre la fraude et la corruption qui gangrènent le secteur des eaux et forêts », précise ce communiqué.

« Des milliers de billes de bois ont été stockés sur le parc de la société. A vue d’œil, aucune anomalie ; mais une inspection de près permet de découvrir la fraude. Il n’y a aucune inscription sur les billes permettant d’identifier le périmètre où elles ont été coupées. Une pratique à laquelle se livre la société, en toute impunité, depuis plusieurs années, selon des témoins, travailleurs de la société qui ont requis l’anonymat », explique la note.

Selon le constat fait par les services de l’Unité spéciale d’intervention du ministère « les bois ne sont pas marqués au fer comportant le numéro du marteau de la société sur leur lieu d’exploitation, conformément à l’usage en matière d’exploitation forestière, mais à la peinture ».

« Le marquage se fait, une fois les bois acheminés sur le parc à bois de la société, avec de la peinture pour tromper la vigilance des services de l’Administration forestière. Ainsi, est-il difficile de faire une traçabilité du bois coupé », ajoute la note qui qualifie ces manquements de « fraude sur l’exploitation forestière d’une grande ampleur réalisée par la société Thanry , une des plus grandes et plus anciennes sociétés industrielles du bois installées en Côte d’Ivoire ».

 

 

Sénégal : Renforcement de l’encours du crédit intérieur en fin février 2016

L’encours du crédit intérieur s’est renforcé de 48,1 milliards FCFA (environ 81,770 millions de dollars) entre fin janvier et fin février 2016 au Sénégal, a appris jeudi APA auprès de la Direction de la prévision et des études économiques (DPEE).
Cet encours s’est établi à 3029 milliards FCFA en février 2016, contre 2980 milliards FCFA en janvier 2016, soit une progression de 1,6% en valeur relative (1 FCFA équivaut à 0,0017 dollar).

«Ce raffermissement est, d’une part, imputable aux créances nettes du système bancaire à l’Etat qui sont ressorties en hausse mensuelle de 27,2 milliards pour se situer à 312,1 milliards et, d’autre part, à l’encours des crédits accordés au secteur privé qui a progressé de 20,8 milliards pour atteindre 2716,8 milliards à fin février 2016», explique la DPEE.

La progression des crédits au secteur privé est entièrement expliquée par les crédits ordinaires dont l’encours est estimé à 2706,3 milliards FCFA (plus 20,8 milliards), les crédits de campagne restant à leur niveau du mois de janvier (10,5 milliards).

En glissement annuel, l’encours du crédit intérieur s’est renforcé de 337,1 milliards FCFA à fin février 2016.