La Côte d’Ivoire est une ‘’vitrine » et une ‘’porte d’entrée » en Afrique

La Côte d’Ivoire est une ‘’vitrine’’ et une ‘’porte d’entrée’’ en Afrique, a soutenu, lundi, dans la capitale économique ivoirienne le Président de la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), Dr Benedict Okey Oramah (photo) pour justifier le choix d’Abidjan qui abrite la première conférence sur les systèmes de paiement et le financement du commerce intra-africains.
‘’Abidjan est une vitrine, c’est une porte d’entrée en Afrique (…) », a déclaré le Président d’Afreximbank, soulignant que ‘’la Côte d’Ivoire occupe le 3è rang dans le commerce intra-africains ». Selon Dr. Oramah, la mission d’Afreximbank est ‘’d’instaurer la gloire de l’Afrique ».

“Cette conférence est née du large consensus qui se existe quant au rôle crucial que le commerce intra-Africain a joué dans le développement d’autres régions dans le monde, et surtout de son incidence sur la croissance et la transformation structurelle de l’Afrique » a rappelé Dr. Oramah, annonçant qu’elle ‘’se tiendra annuellement ».

Elle s’inscrit dans le cadre de l’effort concerté d’Afreximbank pour assurer la mise en œuvre immédiate et effective de sa stratégie de Commerce intra-africain, lancée récemment et qui repose sur trois piliers à savoir ‘’créer, connecter et exécuter ».

Il a par ailleurs souligné que, l’opportunité de partager les solutions innovantes des systèmes de paiement et du commerce intra-africains est critique, dans une période qui se caractérise par la baisse de l’implication des Banques internationales ou leur retrait total du financement du commerce du continent, alors que cela reste l’un des défis majeurs du développement en Afrique.

Cette conférence s’est ouverte en présence du ministre ivoirien auprès du premier ministre chargé de l’économie et des finances Adama Koné et de la Commissaire de l’Union africaine chargée du Commerce et de l’industrie Fatima Haram Acyl.

Organisée par la Banque africaine d’import-export (Afreximbank), elle enregistre également la participation ministre Sénégalais du Commerce, du Secteur informel, de la Consommation, de la Promotion des produits locaux et des PME, Alioune Sarr.

Cette conférence permettra à plus de 200 participants venus des quatre coins du continent de discuter pendant deux jours, de l’impact des systèmes de paiement et du financement du Commerce Intra-africains sur l’intensification des échanges commerciaux entre les pays de l’Afrique.

Cette conférence servira également de plateforme aux participants du secteur du commerce dont des dirigeants des grandes institutions financières d’Afrique pour échanger sur ces questions et identifier des solutions aux difficultés de financement qui constituent des freins au commerce intra-africain.

‘’Nous sommes à l’heure du numérique à travers lequel les technologies de l’information et de la communication jouent un rôle de plus en plus crucial et incontournable dans un monde globalisé », a déclaré le ministre Adama Koné Représentant le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan, soulignant que cette ‘’initiative d’Afreximbank de soutenir le développement d’une plateforme de paiement mobile en appui au financement du commerce intra-africains est salutaire ».

Pour lui, ‘’les Etats africains devront y adhérer pleinement et faciliter son opérationnalisation », car ‘’le domaine des moyens et systèmes de paiement reste le secteur, entre autres, qui va contribuer à impulser nos économies vers l’émergence, à savoir la monétique et le mobile banking ».

‘’Ces instruments de paiement en utilisation par les banques et les sociétés de télécommunications, apparaissent désormais comme des acteurs de l’émergence de nouveaux services financiers et bancaires », a-t-il ajouté, indiquant que ‘’les praticiens du commerce verront cette technologie de paiement mobile comme un instrument potentiel pour soutenir le commerce transfrontalier et les flux financiers ».

De son côté, la Commissaire de l’Union africaine chargée du commerce et de l’industrie, Fatima Haram Acyl a relevé le faible taux du commerce intra-africains qui est de 12%, là où ailleurs, notamment en Europe et en Asie, le commerce entre les Etats est de plus de 60%. C’est pourquoi, à son tour, elle a salué la pertinence de cette conférence.

Des présidents et dirigeants de banques, de firmes juridiques, de “think tanks”, d’agences de crédit-export, de compagnies de logistique, ainsi des communautés économiques régionales, l’Union Africaine, des banques centrales et d’autres acteurs impliqués dans le développement du secteur du commerce en Afrique, participent à ces assises d’Abidjan.

Des sociétés d’intermédiation commerciale, pour lesquelles la mise en place de moyens de paiement et de mécanismes efficaces pour le financement du commerce Africain demeure un enjeu majeur sont en outre fortement représentées à cette première conférence.

La Banque Africaine d’Import-Export (Afreximbank) est l’institution multilatérale panafricaine financière dédiée au financement et à la promotion du commerce intra- et extra-africain.

La Banque a été créée en Octobre 1993 par les gouvernements africains, les investisseurs privés et institutionnels africains et les investisseurs non africains pour financer et promouvoir le commerce intra- et extra-africain. Ses deux documents constitutifs de base sont: l’accord d’établissement, qui lui confère le statut d’organisation internationale; et la Charte, qui régit la structure et le fonctionnement de l’entreprise.

Depuis 1994, Afreximbank a validé près de 35 milliards de dollars de facilités de crédit pour les entreprises africaines, dont environ 4,5 milliards de dollars en 2014. La Banque est basée au Caire, en Egypte.