La Cedeao en croisade contre les crimes économiques et financiers

Œuvrer à faire de la Cedeao un espace économique unique, prospère et surtout sécurisé, voilà l’ambition du parlement de ladite institution. Ce, pour davantage améliorer la vie des citoyens tout en préservant l’espace communautaire des crimes économiques.

« Le parlement de la Cedeao, en tant que principal acteur, va continuer d’œuvrer diligemment avec d’autres parties prenantes pour s’assurer de la réalisation le plus tôt possible, de la vision de transformation de la Cedeao en un espace économique unique, prospère et sécurisé, exempte de crimes économiques et financiers. Nous travaillerons avec le Giaba (Groupe Intergouvernemental d’Action contre le Blanchiment d’Argent en Afrique de l’Ouest : NDLR) pour nous assurer que les États membres de la Cedeao figurant sur la liste noire du Groupe d’examen de la coopération internationale (Icgr) sortent de cette liste », a indiqué M. Moustapha Cisse Lo, président du parlement de la Cedeao.

En effet, l’autorité du parlement de la Cedeao a indiqué que « le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme peuvent se produire dans n’importe quel pays. Toutefois, ils ont des conséquences économiques et sociales très graves pour les pays en voie de développement, parce que ces pays ont un Produit intérieur brut (PIB) relativement faible susceptible d’être perturbé par les influences criminelles ou terroristes, un système financier fragile est susceptible de perturbations face à de telles influences ». « En fin de compte, l’économie, la société, et la sécurité des pays servant de plateforme au blanchiment d’argent ou au financement de terrorisme sont toutes négativement affectées », assure M. Lô. L’institution que dirige Moustapha Cissé Lô compte aussi s’investir pour davantage améliorer la vie des citoyens de la communauté : « Le parlement de la Cedeao reste engagé au programme d’intégration et de développement durable de notre Communauté avec pour objectif global d’améliorer la qualité de vie de tous les citoyens de la Cedeao », indique-t-il.