La Belgique a-telle évité un 22 mars bis?

La Belgique ne veut pas vivre un deuxième 22 mars. C’est ce qui explique la vigilance dont font montre les forces de sécurité de ce pays. Ainsi, aucune menace n’est prise à la légère.

Ce mardi 21 juin, un fausse alerté à la bombe a réveillé Bruxelles. Vers 05 h 30 du matin, la police a été contactée par un homme qui prétendait avoir été enlevé et déposé dans un grand centre commercial avec une ceinture d’explosifs devant être actionnée à distance. Mais une fois sur les lieux, les démineurs n’ont trouvé qu’une ceinture factice qui contenait du sel et des biscuits.

Néanmoins, l’homme de 26 ans a été arrêté surtout qu’il est connu de la police pour des faits divers dont certains liés à des troubles psychiques mais aussi pour avoir dans le passé déclaré être incité à rejoindre Daech en Syrie. Il fait l’objet d’une enquête approfondie pour savoir s’il a des liens avec l’organisation terroriste. Mais pour le ministre belge de la Justice, il est plausible que le suspect ait de la sympathie pour l’Etat islamique. Le 22 mars dernier, des attentats terroristes commis par les frères El Bakraoui au nom de l’Etat islamique ont fait à l’aéroport de Bruxelles et à la station métro de Maelbeek une trentaine de victimes et plusieurs blessés.