Jean-Pierre Coffe, célèbre pourfendeur de la « malbouffe », est mort

Pourfendeur de la « malbouffe », le célèbre chroniqueur s’est éteint à l’âge de 78 ans. Selon plusieurs médias, il est mort chez lui, dans sa maison de Lanneray, dans la nuit de lundi à mardi.Plus

« C’est de la merde! » Il n’aurait peut-être pas commenté ainsi l’annonce de son décès, mais comment faire autrement. Jean-Pierre Coffe est mort à l’âge de 78 ans dans sa maison de Lanneray, en Eure-et-Loire, annoncent ce mercredi plusieurs médias, dans des circonstances encore inconnues. Il était encore l’un des chroniqueurs de l’émission les Grosses Têtes animée par Laurent Ruquier sur RTL. Selon la radio qui a annoncé son décès, il continuait à venir chaque semaine et y était encore allé ces tout derniers jours.

Ce mercredi matin sur Twitter, le chef de l’Etat a rendu hommage à un « bon vivant » qui aimait partager son savoir de la cuisine.

L’histoire de Jean-Pierre Coffe n’a pas commencé à la télévision. Plus jeune, c’est dans l’édition que l’homme a fait ses premières armes, avant de se tourner vers la restauration en ouvrant, dès 1976, deux restaurants dans la capitale. Mais c’est bien la télévision qui l’a rendu célèbre, friand de ses coups de gueule contre la malbouffe, de son fort caractère. C’est ensuite aux côtés de Michel Drucker qu’il a acquis sa plus grande notoriété, en devenant dès 2003 chroniqueur pour l’émission Vivement dimanche prochain.

Coffe avait débuté sa carrière à la télévision, sur Canal + dès 1984. A l’époque, il faisait office de chroniqueur culinaire pour plusieurs émissions de la chaîne cryptée, embauché alors par Michel Denisot en personne. C’est huit ans plus tard que le fameux « Ça, c’est de la merde », utilisé en introduction de cet article, sera lâché pour la seule et unique fois à la télévision. L’expression ne le quittera plus.

La vie de Jean-Pierre Coffe ne peut pourtant pas se résumer à quelques expressions bien senties, ni même à ses colères bien placées. L’homme est plus complexe, et finira par se raconter dans une biographie publiée le 6 mai 2015.