Hommages à Papa Wemba: les sapeurs saluent leur pape une dernière fois

Mardi 3 mai, et jusque tard dans la nuit, des milliers de Congolais se sont présentés au Palais du Peuple pour se recueillir devant le cercueil blanc et or de Papa Wemba. Chanteur et musicien, il était aussi le pape de la Sape, la Société des ambianceurs et des personnes élégantes. Une société venue en nombre pour ce recueillement.

« Sapologie, sapologie, sapologie ! » L’hymne de la Sape chantée ici par Prince Moganda, venu en chaussures croco, costume cintré italien honorer son père spirituel. « Le roi est mort, vive le roi ! Parce qu’il était aussi roi ! Ça nous fait mal, étant roi de la Sape ».

Un autre chante : « Il était comment ? bien sapé, bien parfumé… »
« Unique en son genre, Papa Wemba ! » reprend Prince Moganda.

sapeurs 1De Paris à Kinshasa en passant par Abidjan, la Sape est devenue un culte. Culte dirigé forcément par les Congolais. « Quand on voit un Congolais, on sait que c’est un Congolais. Quand y a un Congolais, c’est tout le monde qui tremble, ils savent comment on achète les habits ! Ça, c’est marqué Papa Wemba ! »

La Sape, milieu ou homme et femmes cohabitent et dans lequel il est essentiel de prôner une bonne éducation. Foulard en soie, pantalon cintré, Tata Suzanne n’est pas la dernière pour danser. « La Sape, c’est la civilisation, les bonnes manières, il y a le respect et il y a l’art de parler. »

Reste que le décès du pape de la Sape va laisser un vide. Et que les larmes vont continuer à couler dans cette chic et choc communauté.