Hommage au couple tué par un djihadiste

Plusieurs centaines de personnes ont rendu lundi dans le sud de la France, un dernier hommage au policier et à sa compagne assassinés le 13 juin par un djihadiste, avant l’inhumation du couple dans la région.

Famille, amis, policiers, élus et anonymes, une foule compacte a pris part à une cérémonie à Pézenas, à une cinquantaine de kilomètres de Montpellier.

Devant les deux cercueils de bois clair, le maire Alain Vogel-Singer a évoqué la « rage », la « colère » et « l’émotion » des habitants de la ville, dont était originaire Jean-Baptiste Salvaing, le policier assassiné.

Le policier et sa compagne devaient être ensuite inhumés dans le cimetière de Montagnac, à 7 km de Pézenas.

Jean-Baptiste Salvaing, 42 ans, a été tué lundi dernier à coups de couteau devant son pavillon de Magnanville, en région parisienne. Son assassin, Larossi Abballa, a ensuite pris en otage son épouse, âgée de 36 ans, qu’il a égorgée en présence de l’enfant du couple, âgé de 3 ans et demi, retrouvé indemne mais en état de « sidération ».

Abballa a revendiqué son crime au nom du groupe Etat islamique avant d’être abattu dans l’intervention d’une unité d’élite de la police française. Les enquêteurs tentent d’établir s’il a pu bénéficier de complicités dans la préparation et l’exécution de son acte. Deux de ses proches ont été inculpés d' »association de malfaiteurs terroriste » et écroués samedi soir.