Gabon : la polémique autour de l’acte de naissance d’Ali Bongo Ondimba n’en finit plus de rebondir

Le président Ali Bongo au XIV e Sommet de la Francophonie, à Kinshasa, en octobre 2012. © Baudouin Mouanda pour JA
À quelques mois de l’élection présidentielle gabonaise, la polémique autour de l’acte de naissance d’Ali Bongo Ondimba n’en finit pas de rebondir. Après les classements sans suite à Libreville et à Nantes concernant les plaintes déposées pour « faux », l’avocate du chef d’État gabonais estime « qu’il est temps de mettre fin à cette fiction sur la filiation d’Omar Bongo Ondimba ».
« Il faut stopper cette rumeur », a déclaré Maître Claude Dumont-Beghi lors d’une conférence de presse vendredi 4 mars à Paris. Cette mise au point survient au lendemain d’un appel lancé par l’opposant Zacharie Myboto pour faire barrage à la candidature d’Ali Bongo Ondimba, que le chef de file de l’Union nationale (UN) a qualifié de « faussaire » au micro de RFI.
Plainte classée sans suite à Libreville …
Un argumentaire repris par le secrétaire exécutif de l’UN, Paul-Marie Gondjout, dans sa plainte déposée auprès du procureur de Libreville le 27 janvier dernier.
Une plainte classée sans suite le 10 février : dans sa décision, le procureur de la République estime ainsi que « l’acte querellé est conforme à la loi