Foot: Platini et Blatter suspendus 6 ans en appel par la Fifa

La Fédération internationale de football (Fifa) a annoncé avoir réduit à 6 ans la sanction infligée à son ex-président, Joseph Blatter, et au désormais ex-patron de la confédération européenne, Michel Platini, ce 24 février 2016. Le Suisse et le Français, initialement suspendus 8 ans pour un versement d’1,8 million d’euros, avaient fait appel de la décision de la Commission d’éthique de la Fifa prononcée en décembre.
Michel Platini, 60 ans, n’est pas prêt de réapparaitre dans le monde du football. Le désormais ex-patron de la confédération européenne (Uefa) a, sans grande surprise, vu sa suspension de toute activité liée au foot confirmée par la Commission de recours de la Fédération internationale (Fifa).
Celle-ci a certes réduit la durée de la sanction : six années contre les huit infligées par la Commission d’éthique de la Fifa, le 21 décembre 2015. Mais le Français espérait une réduction de peine plus importante lorsqu’il a interjeté appel, en janvier dernier.
Pas de suspension à vie
Même sort pour Joseph Blatter, bientôt 80 ans. Le président de la Fifa de 1998 à 2015, qui a démissionné en juin 2015 suite à une série de scandales, a également vu sa sanction passer de 8 à 6 ans.

« La Commission de recours a partiellement confirmé la décision de la chambre de jugement de la commission d’éthique », indique la Fifa dans un communiqué. La Commission de recours a en revanche rejeté la demande de la chambre d’instruction de la Fifa. Celle-ci réclamait en appel une sanction à vie pour les deux hommes.
Platini et Blatter vont poursuivre leur action au TAS

Les deux hommes vont désormais se tourner vers le Tribunal arbitral du sport (TAS), juridiction suprême dans le domaine sportif. Michel Platini et Joseph Blatter n’excluent pas non plus de se tourner vers les tribunaux civils pour « laver [leur] honneur ».
Il y a deux mois, les deux ex-dirigeants les plus influents de la planète football avaient été jugés coupables d’abus de positions, de conflits d’intérêt et de gestion déloyale. Au centre de la polémique, un paiement d’1,8 million d’euros effectué par Joseph Blatter en faveur de Michel Platini, en 2011. Les deux anciens alliés devenus ennemis ont toujours assuré qu’il s’agissait d’arriérés de salaires dus aux Français pour un travail de conseiller effectué entre 1999 et 2002.
Une version jugée peu crédible par la Fifa et sa chambre d’appel, en l’absence de contrat écrit entre les deux hommes.
Résultat, Michel Platini avait renoncé à briguer la succession de Joseph Blatter, le 26 février prochain à Zurich. Le Français n’avait quasiment aucune chance d’être blanchi à temps pour se présenter à la présidence de la Fédération internationale