Entrée en piste réussie pour les athlètes africains

Un podium 100% africain en 10.000 mètres féminin, une bonne impression laissée par les sprinteuses ouest-africaines en séries du 100 mètres, quelques progrès significatifs comme la présence de la Camerounaise Auriole Dongmo en finale du lancer du poids… Les athlètes du continent ont globalement réussi leurs débuts aux JO 2016, ce 12 août à Rio.

100 mètres Femmes

Avec le troisième temps des séries, 11 secondes 01, Marie-Josée Ta Lou s’est mise en confiance, avant les demi-finales de ce 13 août. L’Ivoirienne, qui rêve d’aller en finale, a imité sa compatriote Murielle Ahouré (11 secondes 17) et la Nigériane Blessing Okagbare (11 secondes 16). La Sud-Africaine Carina Horn est également passée malgré un temps plus modeste (11’’32). Toutes les quatre espèrent disputer la finale, ce dimanche soir. En 2012, Ahouré et Okagbaré avaient peiné à face aux Jamaïcaines et aux Américaines…

Ruddy Zang Milama, elle, n’a pas existé tout court durant les séries de ces JO 2016. La Gabonaise, dont la Fédération avait été suspendue par l’Iaaf pour ingérence, paie sans doute ces déboires. Avec 11 secondes 67, elle est en effet très loin de son record personnel (11’’03).

Au total, sept Africaines ont loupé le coche, dont la Brazzavilloise Cecilia Bouele (12’’18). La Congolaise s’était extraite le matin même du tour préliminaire. Une première étape fatale notamment à la Togolaise Prenam Pesse (12’’38), la Comorienne Denika Kassim (12’’53) et la Guinéenne Makoura Keita (12’’66).

1.500m Femmes

Il y aura deux Marocaines en demi-finales, le 14 août. Rababe Arafi, 4e meilleur temps des séries, et Malika Akkaoui (11e), ont franchi ce premier tour sans encombre, contrairement à leur compatriote Siham Hilali (33e). Il y aura également deux Kényanes et trois Ethiopiennes, dont Genzebe Dibaba. La patronne du 1.500m a signé un petit chrono pour ses débuts à Rio : 4 minutes, 10 secondes et 61 centièmes. Ce n’était donc pas la journée des Dibaba aux Jeux olympiques.

10.000 mètres Femmes

La première finale de ces JO 2016 en athlétisme a en effet été phénoménale grâce à la performance titanesque… d’Almaz Ayana. L’Ethiopienne a devancé la Kényane Viviane Cheruiyot et la légende de la discipline, Tirunesh Dibaba. L’Ethiopienne, championne olympique du 10.000 mètres à Pékin et Londres, n’a rien pu faire lorsqu’Ayana a attaqué, pulvérisant en 29 minutes, 17 secondes et 78 centièmes le record du monde de la Chinoise Wang Junxia, établi en 1993…

Heptathlon

A l’issue des quatre premières épreuves – 100m haies, saut en hauteur, lancer du poids et 200m – la Nigériane Uhunoma Osazuwa est 24e (sur 29) avec 3609 points pris.

Lancer du poids Femmes

La Camerounaise Auriole Dongmo, sortie des qualifications (contrairement à la Nigériane Nwanneka Okwelogu et à la Bissau-Guinéenne Jessica Inchude), a fini dernière de la finale, avec un meilleur jet à 16 mètres 99. La double championne d’Afrique a battu au passage le record du Cameroun.

Lancer du marteau Femmes

Comme en 2012, la Sénégalaise Amy Sène n’a pas réussi à se placer en finale. Son meilleur lancer à Rio (64 mètres 83) est moins bon que celui à Londres (65 mètres 49). Loin de son record d’Afrique à 69 mètres 70. A 30 ans, la triple championne d’Afrique a-t-elle disputé ses derniers Jeux olympiques ?

400 mètres Hommes

Le champion du monde Wayde Van Niekerk sera en demi-finales, ce 13 août, grâce au huitième temps des séries (45 secondes 26). Le Sud-Africain sera notamment opposé au jeune Botswanais Baboloki Thebe, champion d’Afrique 2016 à 19 ans. Deux autres sprinteurs du Botswana ont également franchi le cap : Karabo Sibanda et surtout Isaac Makwala. Le rival africain de Van Niekerk passe souvent à côté des plus grandes compétitions.

Il sera toutefois bien au prochain tour, contrairement au Nigérien Ousseini Djibo Idrissa, qui a couru en 50 secondes et 6 centièmes.

800 mètres Hommes

En séries, le champion olympique en titre, David Rudisha, a fini premier avec un temps de 1 minute, 45 secondes et 9 centièmes. Un chrono loin de son record du monde aux JO 2012 : 1 minute, 40 secondes et 91 centièmes.

Le Kényan est talonné par le Djiboutien Ayanleh Souleiman et le Sud-Africain Rynardt Van Rensburg. Parmi les autres qualifiés en demi-finales on trouve notamment le Marocain Mostafa Smaili, ainsi que les Algériens Yassine Hethat, Amine Belferar et Taoufik Makhloufi. Ce dernier, champion olympique du 1.500 mètres, a signé un petit temps de 1 minute et 49 secondes.

C’est moins bien que le Burundais Antoine Gakeme (1 min. 47 sec. 46 centièmes), non qualifié parce que 6e (sur 8) de sa série.

C’est mieux en revanche que l’Equato-Guinéen Benjamin Enzema ou le Centrafricain Francky Mbotto.

Le Botswanais Nijel Amos, l’un des rois du 800 mètres, ne disputera pas non plus l’une des trois demi-finales. Il a couru en 1 minute, 50 secondes et 46 centièmes. C’est une des grosses déceptions et surprises du jour.

A noter enfin que le Marocain Abdelati El Guesse a jeté l’éponge en pleine course, à cause d’une blessure à la jambe gauche.

20 kilomètres marche Hommes

La marche athlétique n’est décidément pas la discipline de prédilection  en Afrique. A Rio, le meilleur marcheur du continent est Hassanine Sebei. Le Tunisien est pourtant 36e seulement, avec un temps de 1 heure, 23 minutes et 44 secondes. Les deux Sud-Africains et deux Kényans en lice ont fini encore plus loin que le vainqueur, le Chinois Zhen Wang (1 heure, 19 minutes et 14 secondes).