Le juge que Donald Trump vient tout juste de proposer pour la Cour suprême a ouvertement critiqué les propos du président des Etats-Unis vis-à-vis de la justice américaine. Trump, qui ne décolère pas de voir son décret anti-immigration bloqué, multiplie les tweets incendiaires qualifiant la justice américaine de « politisée ». Neil Gorsuch, ce magistrat conservateur, regrette des critiques « démoralisantes » et « décourageantes ».

Est-ce un calcul politique ou s’agit-il d’une critique sincère ? C’est la question que se posent les experts et la presse américaine ce jeudi 9 février. Ces déclarations du juge Gorsuch à l’encontre des critiques de Donald Trump vis-à-vis de la justice américaine ont été réalisées dans le cadre d’un entretien avec un sénateur démocrate.

Certes les propos ont été confirmés par le porte-parole du juge, le républicain Ron Bonjean. Mais selon Richard Blumenthal, le sénateur qui était réuni avec le juge, si Neil Gorsuch avait vraiment souhaité critiquer Donald Trump, il aurait pu utiliser des termes plus tranchants.

Un calcul politique pour obtenir des votes démocrates ?

Ce juge, choisi il y a tous juste 10 jours pour remplacer Antonin Scalia, décédé en mars 2016, n’a pas le vent en poupe du côté des démocrates, et pour être confirmé, il aura besoin de l’appui d’un minimum de huit sénateurs de l’opposition. D’où l’hypothèse d’un calcul politique qui circule ce jeudi.

Reste que ces déclarations sont plutôt inhabituelles aux Etats-Unis. Il faut dire que les propos de Donald Trump ont choqué outre-Atlantique. Le président américain qui a parlé de justice « politisée » a également accusé les magistrats, qui doivent se prononcer sur la suspension du décret migratoire, de mettre en péril la sécurité des Etats-Unis. Des juges qui pourraient annoncer leur décision ce jeudi ou au plus tard ce vendredi.

Rfi

PARTAGER