Deuxième jour de grève du mouvement syndical en Guinée

Au deuxième jour de la grève générale du mouvement syndical en Guinée, Conakry, la capitale guinéenne affiche le même visage ce mardi, avec des activités socioéconomiques au ralenti, a-t-on constaté sur place.

Le mouvement syndical en Guinée exige une baisse du prix du carburant à la pompe et l’amélioration des conditions de vie des travailleurs.

Les syndicats ne cachent pas leur détermination à poursuivre leur grève jusqu’à la satisfaction de leur plateforme revendicative.

Comme l’a réitéré ce mardi Louis M’Bemba Soumah, leader de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (UFDG), dans une intervention sur les antennes d’une radio locale.

M. Soumah pointe du doigt la mauvaise gouvernance qui serait à l’origine de la crise financière qui affecte le pays, dont les voyants sont au rouge.

Ce mardi, la grève se déroule dans le calme, pour le moment, contrairement à la journée du lundi, où des affrontements ont été enregistrés entre des jeunes gens qui avaient barricadé des rues de la banlieue de la capitale, et des agents anti-émeute.

Le bilan de ces incidents serait de trois blessés dont un grièvement, selon des sources sécuritaires.

Les villes intérieures suivent également le mot d’ordre de grève lancé par les centrales syndicales.

Pour le moment, les négociations n’auraient pas repris entre les syndicats et le gouvernement.