Deux petites filles kamikazes se font exploser à Kolofata

Deux jeunes filles bourrées de bombes se sont fait exploser lundi matin dans la localité camerounaise de Kolofata (Extrême-Nord), ne faisant aucune autre victime, a-t-on  appris de source sécuritaire.
Après quelques semaines de relative accalmie, les attentats-suicide et autres incursions criminelles, perpétrés par la secte islamiste Boko Haram, semblent reprendre dans cette zone frontalière avec le Nigeria.
Jeudi dernier, par exemple, ce sont neuf membres présumés du mouvement jihadiste qui ont été éliminés par l’armée à Limani, non loin de Kolofata, alors que deux otages camerounaises, enlevées quelques jours avant, étaient libérées à Barkari, du côté nigérian de la frontière, grâce à l’intervention d’un comité de vigilance.
Toujours est-il que, selon les autorités, l’on assiste à un essoufflement des actes terroristes de Boko Haram grâce à l’action concertée des armées du Cameroun et du Nigeria qui, appuyées par la Force multinationale mixte (FMM), ont lancé début avril dernier l’«Opération tentacule» à leur frontière terrestre en vue de porter le coup de grâce à la secte islamiste.
Ladite opération, apprend-on encore, consiste à quadriller toute la zone frontalière et de mener des assauts coordonnés.