Des appels pour faire partir Yahya Jammeh à al prochaine présidentielle

L’opposant gambien et leader du United democratic party, Me Ousainou Darboe, a demandé à ses collègues de l’opposition de saisir l’opportunité que leur offre la présidentielle de décembre prochain pour vaincre Yaya Jammeh, avertissant que pareille éventualité risque de ne plus se présenter.
Darboe dont le parti, United democratic party (UDP), n’a pas encore choisi un candidat à la présidentielle pour faire face à l’Alliance for Patriotic Reorientation and Construction (APRC) de Yahya Jammeh, s’exprimait lors du congrès de son parti, dimanche à Basse (400 km de Banjul, la capitale).

Selon Darboe, si l’UDP n’a pas encore choisi son candidat c’est parce qu’il ne veut pas compromettre les négociations en cours pour la constitution d’une alliance au sein de l’opposition.

« La décision de qui représentera l’UDP dépend des membres du parti et pas que de moi, puisque l’UDP n’est pas le parti d’un seul homme, mais le Congrès de Basse élira les responsables pour les différents postes d’autorité au sein du parti », a-t-il souligné.

Dans tous les cas, a souligné Darboe, l’UDP est prêt à entrer dans une coalition avec les autres opposants.

Au cours du même congrès, M. Darboe a qualifié de déplorable la situation de la Gambie, l’attribuant aux politiques injustifiables de l’administration de Jammeh qui continuent de faire des ravages sur la population.

« Les prix des matières premières, en particulier nos produits de première nécessité ont augmenté et cela n’a pas été accompagné d’une augmentation proportionnelle des salaires et autres revenus. En conséquence, le niveau de pauvreté a augmenté la désolation du Gambien lambda. Les dépenses publiques dans le budget 2016 ont augmenté de façon injustifiée, en particulier en faveur de la défense et la présidence, tandis que les services sociaux tels que la santé, l’éducation et l’agriculture n’ont bénéficié que de maigres augmentations », a dénoncé l’avocat.

«Aujourd’hui, a-t-il ajouté, la grande majorité des Gambiens ont maintenant le courage de se prononcer ouvertement contre un gouvernement qui a institutionnalisé la corruption, trahi la confiance de son peuple, continue d’utiliser la tromperie pour diviser le peuple à travers des lignes de fracture étroites de tribus et de religions, ignorant toujours le sort de nos agriculteurs et des jeunes. Pour l’année écoulée, l’UDP a réorganisé et entamé un engagement fructueux avec le peuple gambien. Par conséquent, nous avons maintenant réussi à surmonter le +syndrome de la peur + qui a accompagné la vie du Gambiens ordinaire pendant une longue période ».