Démantèlement d’un réseau de prostitution exploitant des femmes blacks en France

Six personnes soupçonnées de proxénétisme ont été mises en examen après le démantèlement d’un réseau de prostitution exploitant des femmes africaines en Isère, a-t-on appris vendredi auprès du parquet de Grenoble.

Interpellés mardi matin, trois suspects (deux Français et une Guinéenne) ont été placés sous contrôle judiciaire tandis que trois autres ont été écroués (deux Français et une Guinéenne).

Le juge d’instruction en charge de l’affaire a ordonné la saisie de cinq propriétés (quatre en Isère et une à La Réunion) d’une valeur de 1,7 million d’euros et qui seraient le produit de la prostitution.

Quelque 90 jeunes filles ont été livrées à ce marché de la prostitution sur une période de deux ans. Au moment des interpellations, vingt-deux jeunes filles ont été recensées, dont 18 en situation irrégulière (originaires de Guinée Équatoriale et du Nigeria).

Une somme de vingt mille euros en numéraire et deux armes avaient également été saisies. Les jeunes femmes devaient se prostituer dans des fourgons stationnés le long de la route départementale 519 sur la plaine de Bièvre, en Isère.

Les suspects sont également soupçonnés de traite d’êtres humains en bande organisée. L’enquête, confiée à la section de recherches de la gendarmerie de Grenoble, a mobilisé une trentaine d’hommes depuis la fin de l’année 2015.