Côte d’ivoire: La partie civile peine à inculper simone Gbagbo

En Côte d’Ivoire, la partie civile se heurte à la difficulté de prouver la responsabilité de Simone Gbagbo dans les crimes commis lors de la crise post-électorale de 2010-2011. L’ancienne première dame ivoirienne, poursuivie pour crimes de guerre et crimes contre l’humanité, nie toujours en bloc les faits qui lui sont reprochés. Et réclame des preuves qui pour l’instant ne sont toujours pas apportées.

Face à face, les deux parties campent sur leurs positions. D’affirmations en dénégations, l’audience semble même parfois tourner en rond.