Chérif Ousmane : « Nous avons fait fleurir la paix et la démocratie en Côte d’Ivoire »

Dans une interview accordée à APA, lundi, le Lieutenant Colonel Chérif Ousmane se prononce sur le processus de paix et de réconciliation en Côte d’Ivoire, quatorze ans après la rébellion ivoirienne des Forces nouvelles.

‘’L’une de mes fiertés c’est le combat depuis Bouaké en passant par l’ouest contre les Libériens avec à leur tête Sam Boukary, Konahiri, jusqu’à Abidjan, d’avoir réussi à ramener mes hommes à la maison et le regret comme toute guerre d’avoir perdu des hommes’’, explique l’actuel Commandant en second de la sécurité présidentielle ivoirienne dans l’interview téléphonique. Avec ‘’émotion’’, il rend hommage à tous ces ‘’hommes et femmes tombés au front, blessés et handicapés par cette guerre’’ qu’a connue la Côte d’Ivoire. Chérif Ousmane rend grâce à Dieu que ‘’nous soyons vivants’’ après cette ‘’rude épreuve’’ où il fallait réussir à galvaniser les hommes même quand ils ‘’perdaient espoirs dans la faim, le froid, la soif (…)’’. ‘’Je pense à ceux qui ont des séquelles à vie mais grâce à ce sacrifice extrême nous sommes arrivés et tous sont devenus des apôtres de la paix’’, a ajouté Chérif Ousmane qui dit être ‘’reconnaissant envers tous ces jeunes et compagnons’’ avec qui ‘’nous avons fait fleurir la paix et la démocratie dans notre pays et j’en suis fier’’. ‘’Aujourd’hui nous construisons la paix et faisons fleurir la démocratie. Quand je regarde mes dents, ma main, je pense à tous ceux qui sont tombés et tous ceux qui ont perdu un être cher et à tous les blessés’’ a-t-il conclu. La Côte d’Ivoire a connu une décennie de crise déclenchée le 19 septembre 2002 par un coup d’Etat manqué contre le régime de l’ex-Président Laurent Gbagbo qui s’est très vite mué en rébellion armée. Le point culminant de cette crise a été la crise postélectorale de décembre 2010 à avril 2011 au cours de laquelle plus de 3000 personnes ont trouvé la mort.