Burkina : le journaliste Newton Ahmed Barry, nouveau président de la Ceni

La nouvelle équipe dirigeante de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) du Burkina Faso est désormais connue. Elle est composée de quinze personnalités parmi lesquelles cinq ont été élues lundi.

Le nouveau bureau de la Ceni est composé de Newton Ahmed Barry qui en est le président, de Delphine Barry (majorité présidentielle) qui en est la première vice-présidente, d’Adama Kéré (opposition politique) qui en est le deuxième vice-président. Les deux autres membres dudit bureau sont les rapporteurs Tasséré Savadogo (opposition politique) et Ilboudo Bénoît (majorité présidentielle).

Conformément à la règle de la composition tripartite de la Ceni – majorité présidentielle : cinq membres ; société civile (communauté musulmane, communauté chrétienne, communauté protestante, autorité coutumière et associations intervenant en matière de droits de l’homme) : cinq membres ; et opposition politique : cinq membres -, le gouvernement a nommé le 20 juillet quinze personnalités pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois, en remplacement de l’équipe précédente qui était dirigée par Me Barthélémy Kéré et dont le mandat est arrivé à terme.

Ancien chargé de communication de la CNOE

Représentant la communauté musulmane au sein de la nouvelle équipe, le journaliste Newton Ahmed Barry, né le 26 février 1964, a été élu par ses pairs « à main levée » et « à l’unanimité », président de la Ceni. Jusqu’alors rédacteur en chef du bimensuel d’investigation L’Évènement qu’il a cofondé en 2001, Barry a été, après la chute du président Blaise Compaoré à la fin d’octobre 2014, candidat au poste de président de la Transition et au poste de directeur général de la Radio-télévision nationale (Rtb), sans succès. Il avait néanmoins été par le passé le chargé de communication de la Commission nationale d’organisation des élections (CNOE) créée en octobre 1991 et remplacée en mai 2001 par l’actuelle Ceni.

Le vote des Burkinabè de l’extérieur

Déjà, le nouveau président de la Ceni promet de relever le défi de la participation des Burkinabè vivant à l’extérieur (estimés à plus de deux millions d’électeurs) aux futures élections, notamment celles de 2020. « C’est un gros enjeu sur lequel on va travailler », a confirmé Newton Ahmed Barry.

Envisagé pour commencer en 2010, le vote des Burkinabè de l’étranger n’a pu se faire à cette date, ni aux scrutins couplés (législatives et présidentielle) de 2015. L’engagement est désormais pris par le gouvernement pour que ce vote soit effectif en 2020 où devront se tenir des élections législatives et présidentielle.

Avant cela, le baptême de feu de la nouvelle équipe pourrait être l’organisation d’élections municipales partielles dans les communes rurales de Zogoré (Nord), Bouroum-Bouroum (Sud-ouest), Béguédo (Plateau central) dont les populations n’ont pu voter le 22 mai dernier comme partout ailleurs dans le pays. À moins qu’il ne s’agisse de l’organisation d’un référendum constitutionnel (entrant dans le cadre du processus de passage de la IVe à la Ve République) que le président Roch Kaboré a promis aux Burkinabè.

Prestation de serment

Le 27 juillet, Newton Ahmed Barry et son équipe seront attendus devant le Conseil constitutionnel pour leur prestation de serment qui marquera leur entrée en fonction. En tant que commissaires au sein de la Ceni, ils doivent non seulement (pour ceux d’entre eux qui l’étaient) cesser d’être membres dirigeants d’un parti politique, mais aussi renoncer à tout mandat électif.