Burkina : heure de gloire pour le  »Balai citoyen »

Distingué récemment par Amnesty International avec le ‘’Prix Ambassadeur de la conscience 2016’’, le mouvement activiste burkinabé, ‘le ‘’ Balai citoyen’’, s’impose de plus au Burkina Faso et en Afrique.

Le ‘’Balai citoyen » a été à la pointe du combat de la société civile burkinabè engagée dans le mouvement de refus de la modification constitutionnelle et le renversement de Blaise Compaoré en 2014.

Le mouvement qui se présente comme “Une force citoyenne nouvelle résiste et s’organise pour revendiquer une vraie démocratie, une bonne gouvernance et un meilleur vivre-ensemble au Faso ».
Il est devenu une référence dans le tissu social burkinabé et ouest africain.

Né au bout d’un processus entamé dès 2010 autour de discussions et de réflexions sur l’actualité nationale et internationale, «le Balai Citoyen» s’est très vite émancipé.

Après la mutinerie de 2011 qui suscité la mise en place d’un premier mouvement spontané dénommé « Blaise Dégage » et mené par des partis politiques, des organisations de la société civile et des activistes, un petit noyau s’est mis à réfléchir à une forme de structuration qui permettrait de s’organiser en vue de participer activement à la conquête des libertés démocratiques et au contrôle citoyen des politiques publiques.

Petit à petit, le premier cercle s’est élargi pour officialiser la naissance du mouvement «le Balai Citoyen» en août 2013.

La dénomination et l’iconographie sont sorties de l’imagination des artistes musiciens tels que Karim Sama ‘‘Samska le jah » et Serge Bambara ‘’Smockey », les deux figures les plus en vue du mouvement citoyen.

‘’Smockey » est ainsi devenu une figure emblématique du front du refus dans le pays.
Ce franco-burkinabé, rentré au pays en 2001, s’est vite imposé au point de devenir une icône musicale dans la sous-région.

Ses productions alliant rythmes traditionnels et modernes laissent transparaitre un réel engagement politique et une identité musicale de dénonciation.

Pour le mouvement, le plus dur sera de garder le cap et conserver sa neutralité face aux pouvoirs politiques et économiques.

Se présentant comme un mouvement qui a pour mission d’exercer une veille citoyenne face aux gouvernants, le mouvement vient de lancer le projet « Appui à la citoyenneté active de la jeunesse et des femmes pour une meilleure redevabilité publique ».

Financé par Oxfam il a pour objectif spécifique de contribuer au renforcement de la participation des femmes et des jeunes dans les sphères de décision locale.

Membre du collectif Artistes Unis pour le Rap Africain (AURA), ‘Smockey qui a fait des émules en Afrique, n’a pas encore fini de surprendre…

Avec son complice sénégalais, Didier Awadi, il parcourt les scènes mondiales, avec ce leitmotiv, « Plus de démocratie et de justice en Afrique ».