Bolloré entend poursuivre ses investissements au Congo…200 milliards prévus

Le président en charge des transports et de la logistique du groupe Bolloré, Cyrille Bolloré, a indiqué le mercredi à l’issue de son entretien avec le ministre congolais des transports Gilbert Mokoki que son groupe entend poursuivre ses investissements au Congo malgré la crise internationale du à la baisse des prix des matières premières qui sévit dans le monde.

« Je voulais rassurer les autorités sur le fait qu’étant un groupe familial, à capitale détenu à plus de 60% depuis plus de 195 ans, nous croyons au long terme et avions la possibilité d’effectuer les investissements sans être dicté par les marchés financiers », a déclaré Cyrille Bolloré au sortir de son entretien avec le ministre congolais des transports.

Il a ajouté que son groupe a investi durant les sept dernières années, 200 milliards de FCFA, sans compter la poursuite de l’aménagement de nouveaux quais pour faciliter l’accostage des grands navires..

Cyrille Bolloré a aussi évoqué le souhait de son groupe pour développer le réseau logistique au Congo en s’appuyant sur la route nationale n°1 (Pointe-Noire et Brazzaville) et le chemin de fer Congo océan (CFCO) dans la perspective de desservir à terme la République démocratique du Congo (RDC) via la même dorsale, en soulignant que « nous sommes confiants, grâce à la feuille de route, au plan de modernisation et de simplification qui a été mis en place pour la pérennité et l’attractivité de ces investissements, de cette plate-forme et le développement du marché jusqu’en RDC. »

Le Groupe Bolloré, a remporté en 2009, la concession du terminal à conteneurs du port autonome de Pointe-Noire pour une durée de 27 ans. Cette entreprise entend poursuivre avec les travaux de modernisation et d’extension de Congo terminal.

Selon Cyrille Bolloré, le port autonome de Pointe-Noire qui est l’un des ports les plus importants en eau profonde sur la façade atlantique africaine, recevra, deux nouveaux portiques entre octobre et novembre 2016, des appareils qui se joindront aux quatre autres déjà placés et ayant permis d’améliorer les cadences du port.

«Nous sommes passés aujourd’hui de 23 à 40 mouvements par heure», a révélé le président du groupe Bolloré, avant de préciser que l’objectif est de renforcer l’attractivité et améliorer la compétitivité du port de Pointe-Noire.
Outre les activités au port autonome de Pointe-Noire, le groupe Bolloré ambitionne de développer ses activités dans d’autres secteurs notamment ceux de l’énergie solaire, des bus et voitures électriques.

Ce groupe qui est créé en 1822 en Bretagne (Ouest de la France), emploie quelque 1400 personnes au Congo dans sa branche de transport et logistique.