Boko Haram tue deux personnes au Camleroun

Deux civils ont été tués dans la nuit de jeudi à vendredi dans la localité camerounaise de Goulouzivini (Extrême-Nord) frontalière avec le Nigeria, au cours d’un assaut attribué à la secte islamiste Boko Haram, a-t-on appris de sources sécuritaires.
Les circonstances de cette incursion n’ont pas été précisées, mais les mêmes sources, qui évoquaient des opérations de ratissage en cours par l’armée, ont indiqué que les agresseurs, sans doute à la recherche de vivres, auraient retraversé la frontière après leur forfait.

Ce énième assaut mortel intervient alors que dimanche dernier, indiquent les mêmes sources, deux membres du mouvement jihadiste, dont l’un était équipé d’un fusil AK-47, ont été interpellés par des pêcheurs à Darak, bourgade situé dans la zone du Lca Tchad.

Mardi dernier, s’exprimant face à la presse le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary, avait déclaré qu’une grande manœuvre, dotée de 2500 soldats, était en train d’être menée dans la région par le secteur n°1 de la Force multinationale mixte (FMM).

Il indiquait aussi que l’armée était «en passe d’avoir raison de l’incarnation du mal et de l’obscurantisme que représente le groupe terroriste Boko Haram», mais s’empressait d’ajouter que «si l’ennemi est aujourd’hui agonisant, il conserve cependant une certaine capacité de nuisance».