Black M ne fera finalement pas Verdun…Le Front National a fait pression

La mairie de Verdun a finalement fait machine arrière en annulant le concert du rappeur Black M prévu pour le centenaire de la bataille de Verdun. Un choix qui avait fait polémique, notamment dans les rangs de l’extrême-droite.

Le rappeur Black M ne viendra finalement pas rendre hommage aux morts pour la France lors de la bataille de Verdun, en 1916.

La mairie de la commune a annoncé ce vendredi avoir  annulé le concert du rappeur, dont la venue faisait polémique depuis quelques jours, notamment sur les réseaux sociaux.

Des risques de troubles à l’ordre public évoqués

Pour justifier cette annulation, la mairie invoque des “risques forts de troubles à l’ordre public” à cause de cette “polémique d’ampleur sans précédent”, accusant l’extrême-droite d’un “déferlement de haine et de racisme”.

Un choix pour intéresser les jeunes

Le rappeur avait été choisi pour monter sur scène en clôture de la cérémonie du centenaire de la bataille de Verdun, le 29 mai prochain. La chancelière allemande Angela Merkel ainsi que 3.500 jeunes français et allemands seront présents. En ayant invité le rappeur Blakc M, le maire socialiste de Verdun avait expliqué vouloir intéresser les plus jeunes à cet événement.
Le chanteur “est tout simplement un enfant de la République”, avait déclaré Samuel Hazard, en soulignant qu’il était “plébiscité actuellement par les jeunes comme aucun autre artiste français” et s’est vu “décerner le Kid’s Choice Awards de l’artiste international de l’année 2016”.

Marine Le Pen monte au créneau

Mais rapidement, sa participation s’est attirée les foudres de l’extrême-droite et notamment de Marine Le Pen qui lui reproche des paroles écrites dans l’une de ses chansons qu’elle juge injurieuses.
Dans un texte de 2010 du groupe Sexion d’Assaut, Black M chante un couplet à propos de la France, dans lequel, s’adressant à ses parents, il dit : “J´me sens coupable/Quand j´vois tout ce que vous a fait ce pays kouffar”. “Kouffar” est un terme péjoratif, qui signifie “mécréants”, aujourd’hui utilisé par les groupes djihadistes pour désigner les occidentaux. Il n’en fallait pas plus à la présidente du FN pour juger ces propos “extrêmement injurieux à l’égard des Français”.
Dans un communiqué, la député FN du Vaucluse Marion Maréchal-le-Pen et le sénateur frontiste des Bouches-du-Rhône Stéphane Ravier avaient demandé à l’Elysée d’annuler le concert, bien que l’organisateur en soit en réalité la communauté de communes de Verdun.
“Toutes le religions sont venues combattre pour notre liberté”

“Ce n’est ni l’Etat, ni le gouvernement, ni le président de la République qui ont choisi tel ou tel chanteur”, a expliqué à l’AFP le secrétaire d’Etat aux anciens combattants, Jean-Marc Todeschini.
“C’est une polémique lancée par l’extrême droite”, avait-il ajouté, soulignant que “dans la grande guerre des gens de tous les continents, toutes les couleurs de peau et toutes le religions sont venues combattre pour notre liberté” avait-t-il conclu.