Bénin : 33 candidats en compétition pour remplacer Boni Yayi

Trente-trois (33) candidats seront dimanche sur la ligne de départ de l’élection présidentielle au Bénin pour succéder à Thomas Boni Yayi dont le deuxième et dernier mandat s’achève le 5 avril prochain à minuit.

Après une campagne électorale qui s’est achevé vendredi à minuit, les candidats qui ont sillonné le pays pendant deux semaines pour exposer leur projet de société, profitent du samedi pour faire les derniers réglages.

Les états-majors politiques ne négligent aucun détail, d’autant plus que le scrutin est perçu par les analystes comme étant le plus serré de l’histoire politique du pays.

Cinq candidats : le Premier ministre Lionel Zinsou, les hommes d’affaires Patrice Talon et Sébastien Ajavon, l’ancien Premier ministre Pascal Irénée Koupaki et le financier ancien patron Afrique du Fonds monétaire africain (FMI), Abdoulaye Bio Tchané, font figure de favoris mais en tenant compte de plusieurs paramètres socio-politiques, « personne ne peut prédire l’issue de ce scrutin » selon le politologue Gilles Gohy.

Lionel Zinsou est le candidat de l’alliance contracté entre les Forces cauris pour un Bénin émergeant (Fcbe), le Parti du renouveau démocratique (Prd) et la Renaissance du Bénin (Rb).

Le retard enregistré dans la production et les dysfonctionnements notés dans la distribution des cartes d’électeur demeure aussi une des inconnues de ce scrutin qui risque de priver des milliers de citoyens, parmi les 4,7 millions d’électeurs, de leur droite de vote. Le pays compte 10,6 millions d’habitants, rappelle-t-on.

Les questions économiques ont occupé une bonne place durant la campagne électorale. Ainsi Lionel Zinsou a promis, s’il est élu, de créer 350.000 emplois durant les cinq ans de son mandat, tandis que l’économiste Abdoulaye Bio Tchané, se déclarant soucieux du sort des nombreux diplômés sans emploi, ajoute 150.000 à ce chiffre. D’autres candidats ont également fait de l’emploi des jeunes et de la relance de l’économie, leur cheval de bataille.

Dans ce pays au revenu national brut (RNB) par habitant de 890 dollars, selon la Banque mondiale (chiffre donné en 2014), l’agriculture est la principale occupation de près de 60% de la population active.

Le coton constitue une des principales richesses et sources de devises du pays avec plus de 2 millions de personnes qui vivent de cette culture.

Le Bénin, qui a vécu une période d’instabilité marqué par de nombreux coups d’Etat, a été l’un des rares pays africains à instaurer la démocratie au tout début des années 1990, suite à une conférence nationale qui a fait tache d’huile en Afrique francophone. Il a adopté le multipartisme en 1991 et depuis lors le pouvoir se transmet démocratiquement.