Après les attentats, le ministre Français de l’Intérieur « insulte » les autorités belges

Michel Sapin, le ministre français des finances, a pris la parole mardi soir sur LCI pour commenter les attentats de Bruxelles.

Interrogé au sujet du communautarisme de Molenbeek, Michel Sapin a déclaré: « Je ne sais pas s’il faut dire la Belgique en tant que telle, mais je pense qu’il y a eu une volonté ou une absence de volonté de la part de certains responsables politiques, peut-être par envie de bien faire, peut-être par sentiment que, pour permettre une meilleure intégration, il faut laisser des communautés se développer, peut-être aussi une forme de naïveté. »

Le ministre a ensuite cité la France en exemple. « Face au communautarisme, il faut agir. »

Des déclarations qui ont fait réagir les ministres belges. Sur France 2, Didier Reynders a assuré que la France et la Belgique devaient s’unir pour combattre le terrorisme et « regarder en face, ensemble » les problèmes, y compris « dans les banlieues françaises ».

Mercredi matin, Laurette Onkelinx s’est montrée plus choquée sur les ondes de France Info. « C’est indécent par rapport à un peuple qui souffre, qui est sous le choc, on a besoin de solidarité, pas de donneurs de leçons. Quand la France a été touchée, l’ensemble des citoyens belge a voulu montrer sa solidarité », a-t-elle déclaré. « Il faut de la vigilance, de l’action, plus de moyens pour nos services de police et de sécurité, c’est une évidence, mais, dans le même temps, nous devons continuer à vivre avec nos valeurs démocratiques occidentales. »