Après les attentats…La Côte d’Ivoire durcit l’entrée sur son territoire

Le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et de la sécurité, Hamed Bakayoko, a annoncé, mardi après-midi, de nouvelles mesures à la suite de l’attaque terroriste de Grand-Bassam qui a fait une vingtaine de morts et plusieurs blessés.
« La Côte d’Ivoire ne laissera pas rentrer sur son territoire, une personne si elle n’a pas un document fiable (biométrique)», a fait savoir le ministre d’Etat Hamed Bakayoko qui s’exprimait face à la presse sur les avancées de l’enquête relative au premier attentat terroriste de l’histoire de la Côte d’Ivoire.

« C’est une nébuleuse(…) une menace invisible », a reconnu le premier flic du pays qui a par ailleurs indiqué que 279 agents en civils et 10 000 forces de défense et de sécurité sont déployés sur l’ensemble du territoire national pour la sécurisation des populations.

Sur la question d’éventuels abus des forces de sécurité dans l’exécution des contrôles dans un tel contexte, Hamed Bakayoko a rassuré. « Nous avons un seuil de tolérance Zéro avec nos agents », a-t-il insisté.

Le renforcement de la sécurité, la sensibilisation, la formation, le renforcement de la surveillance au niveau des frontières sont entre autres les mesures prises après cet attentat dont le bilan fait état de 19 décès et 33 blessés.

Selon le Procureur de la République, Richard Adou, 15 personnes ont été interpellées dans le cadre de cette enquête. Un avis de recherche visant le principal suspect Kounta Dallah a été lancé.