Al Sisi songe à un possible second mandat

Le président Abdel Fattah al-Sisi a fait allusion de son souhait de briguer un second mandat en 2018, date de la prochaine élection présidentielles en Egypte.

Dans une interview publiée mercredi par trois journaux pro-gouvernementaux, l’actuel raïs, âgé de 61 ans a indiqué que briguer la présidence pour un autre mandat dépendrait de la volonté de ses compatriotes de le voir diriger le pays pour un nouveau mandat de quatre ans. A la question à savoir s’il était encouragé à briguer un second mandat, Al-Sisi n’a laissé aucun doute dans sa réponse, lorsqu’il a confié aux journaux Al-Ahram, Al-Akhbar et Al-Gomhoreya : “Je ne peux jamais manquer de répondre à la volonté des Egyptiens … Je suis soumis à la volonté du peuple égyptien, et si leur volonté dicte que je brique un autre mandat, alors c’est ce que je vais faire”. Il a ajouté : “Je ne peux pas défier la volonté du peuple égyptien”. Al-Sisi, alors chef de l’armée égyptienne est arrivé au pouvoir après l’éviction en juillet 2013, de Mohamed Morsi, le premier dirigeant démocratiquement élu de l’Egypte. Il sera élu président civil, lors des élections organisées un an plus tard. La Constitution égyptienne permet aux présidents d’avoir deux mandats consécutifs avant de démissionner, et la plupart des citoyens du pays s’attendent à voir al-Sisi se présenter à un second mandat. Sous son règne la confrérie des Frères musulmans à laquelle appartient Morsi a été interdite et la plupart de ses dirigeants et sympathisants sont accusés d’être à l’origine des violences ou emprisonnés, portés disparus ou contraints à l’exil.