35 000 km de routes construites et réhabilitées de 2011 à 2015

Le niveau des investissements passé de 10 à15% du budget en 2010 à environ un tiers en 2016, a permis la construction et la réhabilitation de 35 000 km de routes de 2011 à 2015, a annoncé le ministre auprès du Premier ministre chargé du budget et du portefeuille de l’Etat, Abdourahmane Cissé (photo).

Selon une note d’informationpubliée mardi, M. Cissé a fait cette annonce lors d’une conférence qui s’est déroulée la semaine dernière à Londres, à l’initiative du Financial Times, autour thème, « le financement des infrastructures africaines et le développement : miser sur une croissance durable en Afrique ».

Intervenant à cette tribune, il a partagé l’expérience ivoirienne. Le ministre a ainsi présenté l’évolution de l’économie ivoirienne depuis 1960 et les derniers développements depuis 2011, relevant les « efforts déployés par le gouvernement sous le leadership du Président Ouattara pour impulser une dynamique de croissance forte et durable ».

Ces efforts portent notamment sur l’amélioration de l’environnement des affaires, l’amélioration de l’efficacité de l’Administration publique et de la gestion des finances publiques. Parlant de la structure du budget, rapporte la note d’information, « le Ministre Cissé a expliqué que la part des investissements est passé, au cours des dernières années, de 10-15% du budget en 2010 à environ un tiers en 2016 ».

Cette hausse des investissements publics a été suivie par celle du privé, favorisant de ce fait le développement des infrastructures. Ainsi, poursuit le texte, « 35 000 km de routes ont été construites et réhabilitées de 2011 à 2015, et 5 000 km de fibres optiques sont en cours d’installations ».

Au niveau du secteur de l’électricité, le taux d’accès est passé de 74% en 2011 à 80% en 2015, notamment grâce à l’électrification de plus de 800 villages. Quant à l’adduction en eau potable, le taux de couverture est de 82%. Le secteur de l’éducation a été également au cœur de l’action du gouvernement.

Pour soutenir la politique de l’école obligatoire à partir de 2016, d’importants investissements ont été effectués dans le secteur de l’éducation tant dans le primaire, le secondaire que dans le supérieur. « Enfin, dans le domaine de la santé, l’on assiste à la construction ou à la réhabilitation de Centres hospitaliers universitaires (CHU) ou centres de santé », conclut la note.