Youssou Ndour a suivi Macky comme un âne…Comment le Roi du Mbalakh est devenu un mange-mil très bête

Il y a un adage qui dit « faut toujours faire croire à un âne que son esprit dépasse celui du cheval, et qu’il traîne mieux les charrues que l’ensemble d’un troupeau de zébus réunis ».
Le président Macky Sall à fait croire à Youssou N’dour que ses concerts politico-citoyens pouvaient endormir les sénégalais. Au final, c’est tout son gouvernement qui devra ouvrir les yeux. Désormais, il sera sous la pression du peuple sénégalais. La lassitude des populations qui vivent sous les eaux, a atteint son apogée parce que leur misère est arrivée à un point très critique. Dans ce moment de désolation totale des populations, il est évident que Macky Sall ne pouvait pas foncer comme un âne dans la banlieue. Et son ministre conseiller, Youssou N’dour a suivi comme âne le jeu politique du président sénégalais…Et c’est très regrettable. Si vraiment le Youssou N’dour que les sénégalais connaissent, veut sortir cette nouvelle génération d’une carence culturelle, il faudrait qu’il se remette réellement aux valeurs culturelles et éviter que la politique ne devienne qu’un outil de propagande et d’endoctrinement sur cette génération. Les anciens disent « Thiahann Fahéé » et les sénégalais ont l’impression que depuis que Macky Sall est au pouvoir il est entouré de marionnettes. Mais ça n’amuse plus le peuple. D’après les RG (renseignement généraux), Ils auraient été lapidés s’ils avaient osé faire le déplacement dans la banlieue pour la clôture des vacances citoyennes…Et c’est pour cette raison que le président Macky Sall à annuler sa visite. Et Youssou N’dour a aussi pris peur en annulant dans la foulée son concert…Si ce dernier, roi du Mbalakh transformé en griot de Macky, a suivi comme un âne, c’est parce qu’il sait au fond de lui que sa recette de chansons aromatisées de laudations « mackyllées » ne convainc plus le peuple devenu « misérable »…
Jon Birahim