Wade a créé des milliardaires…Et Macky crée des pauvres par la soustraction…Il a rendu le Sénégal très pauvre

Le diagnostic fait par les responsables du Front pour la défense de la République (Fpdr) coordonné par Mamadou Diop Decroix, n’est pas virulent par rapport à celui que le Mouvement «Leeral Askanwi» d’Oumar Faye a balancé sur la place publique hier, à l’heure du Ndogou (rupture).
Dans une déclaration interpellant directement le président, Macky Sall, la «sentinelle des sans voie» considère que le Chef de l’Etat, n’est pas informé des dures réalités que vivent les populations. «On n’a reproché, à tort, au président Abdoulaye Wade d’avoir créé des riches.
Mais lui, Wade, au moins, a créé des riches capables d’aider des Sénégalais, de donner du travail et de financer des compatriotes. Alors que le président, Macky Sall n’a créé que des pauvres», fait remarquer Oumar Faye et Cie qui rappelle que, «le patronat a dénombré plus de 300 entreprises fermées en trois ans seulement.
Au mois d’août passé seulement, 376 fermetures d’établissements formels ont été recensées en 2012, notamment des Petites et Moyennes entreprises (Pme), disait le président Baïdy Agne du Conseil National du Patronat». Rien d’étonnant pour ces derniers, parce que, disent-ils, «le régime actuel ne maîtrise que la soustraction et la division, alors que Wade lui a laissé comme héritage, la multiplication et l’addition.»
Ils ajoutent que «cette création de pauvres a pour principale conséquence, l’élargissement exponentiel de l’armée des cas sociaux derrière chaque salarié du pays.» Considérant que «jamais, mois de Ramadan, n’a été aussi sobre… hostile avec des repas de Ndogou (rupture du jeûne), réduit à leur plus petite expression (…)
Leeral Askanwi rend grâce à Dieu d’avoir donné au Sénégalais le café-Touba.» Parce que, plus de «80% des populations se rabattent sur le café-Touba, comme coupe faim, en attendant d’avoir un repas acceptable.» Pis, indique «Leeral Askanwi» la «faillite économique» n’épargne personne, aucun secteur de la nation.
«Fonctionnaires, professeurs, pêcheurs, agriculteurs, commerçants, ouvriers, étudiants, élèves, ambulants et même prisonniers… supportent, impuissant, à la dégradation progressive de leurs conditions de vie», liste «Leeral Askanwi» qui demande au Chef de l’Etat de trouver les moyens d’avoir les «vrais indicateurs» de l’évolution économique du pays. «Par qu’il est mal informé», soutient-il.

Grand Place