Urgent ! Y en a Marre est en Casamance pour s’impliquer dans la crise…Ils vont tout faire exploser

Après avoir été ridiculisés au Congo, les membres du mouvement y en a marre, en perte de thème de propagande, atterrissent en Casamance. Fadel Barro et ses acolytes veulent régler la crise casamançaise à leur manière. Il estime qu’il n’y a pas de démarche cohérente et sérieuse de proximité par les différents intervenants dans le règlement de cette crise vieille de 33 ans. Mais la question que la population se pose c’est « pourquoi ce mouvement s’intéresse-t-il subitement au règlement du conflit en Casamance et si tardivement ? Où était ces gens quand le peuple en avait marre des braquages, des combats entre l’armée et le mouvement des forces démocratiques de Casamance (MFDC), des séries d’arrestations des présumés complices du MFDC ? Ces mouvements et associations alimentaires doivent arrêter d’insulter l’intelligence du peuple casamançais. Depuis quelques années on a noté une accalmie au sud du pays même s’il y a encore des cas isolés et ces en ce moment que des gens qui ont marre de tout veulent s’introduire pour disent-ils « fédérer toutes les associations, ONG et mouvements qui interviennent en Casamance. » Y en a marre veut « créer une 3ème force puissante pour obliger l’état et les rebelles à négocier sérieusement » De qui se moque-t-on ? Est-ce qu’ils se sont demandé comment on est arrivé à ce stade de l’accalmie ? Trop c’est trop ont dit certains habitants de la Casamance que nous avons interrogés sur l’arrivée de ce mouvement. Dans sa démarche, le mouvement veut commencer par s’imprégner de la situation (trop tard) et pour cela, il a rencontré des acteurs mais seulement ceux qui font depuis longtemps ce que eux ils veulent démarrer. Ce n’est pas sérieux. S’il y a des gens qui vous devancent dans un processus, la meilleure manière de montrer votre patriotisme c’est se ranger derrière ces gens et contribuer. A aucun moment, on a entendu Fadel Barro dans un entretien accordé à une radio locale, citer une rencontre avec la population des villages, notamment celle de la zone des palmiers où il y a eu des affrontements ces derniers jours, aucune rencontre encore avec les plus hauts responsables du MFDC et on veut s’imprégner sans savoir l’avis des victimes que sont les habitants de cette zone. Halte ! disent certains qui demandent à l’état de chasser certains organismes parasites qui sèment le désordre dans le règlement de la crise casamançais pour des raisons qui ne sont pas forcément l’intérêt de ceux qui vivent au quotidien cette douloureuse crise.

L.Badiane pour xibaaru.com