Une fille violée à Kédougou…Comme si c’était normal : La gendarmerie ne fait rien et la mère de la fille a peur

Voici ce qui se passe quand on est pauvre dans ce pays ! Vous pouvez être victime d’injustices surtout si vous habitez loin de Dakar. Et c’est ce qui se passe à Kédougou où une fille violée n’a aucun moyen pour se faire entendre même si ces « bandits » qui l’ont violée sont ses voisins immédiats.
La mère de la fille violée est incapable et ne sait quoi faire. Et le drame dans cette histoire c’est que la gendarmerie qui est dans la zone fait le mort comme si le viol de la fille de 14 ans était normal…Suivez le reportage de notre correspondant de Kédougou

Kédougou : Une jeune fille de 14 ans violée à Ndiormy dans la pénombre
Elle va veiller jusqu’à 4 h du matin avec ses amies et se fait kidnapper par un groupe de garçons. Cela s’est passé dans le quartier de Ndiormy dans la commune de Kédougou.
Dans la nuit du mercredi au jeudi, en revenant d’une veillée vers 4 h du matin de jeunes garçons poursuivent un groupe de filles. Certaines s’échappent mais ils parviennent à kidnapper la jeune D (anonymat). Ils l’ont entrainée dans la pénombre sous les manguiers et auraient abusé d’elle. Ses cris n’ont pas servi à alerter le voisinage.
Battue et soumise à l’interrogatoire de ses parents ameutés pour la rechercher, la victime a fini par avouer. Elle a reconnu les auteurs de cet acte qui ne sont que des jeunes du voisinage.
Informée de ce qui est arrivée à sa fille, la maman de la victime a passé une journée mouvementée ce jeudi. Son calvaire se poursuit.
« J’étais très fâchée lorsque j’ai appris la nouvelle. Mon cœur battait à un rythme accéléré. Aujourd’hui, je n’ai même pas pu préparer ni le petit-déjeuner ni le déjeuner .Je ne sais que faire. Comme mon mari n’est pas là, je ne peux pas prendre la responsabilité de conduire mon enfant au centre de santé pour procéder à un contrôle sanitaire. Il me faut des témoins valables pour faire cela. Et Une parole de ‘homme est beaucoup plus valable que celle d’une femme Je suis une guinéenne » a confié la maman de la victime.
Du fait de son ignorance, cette femme se morfond dans son calvaire et continue de se lamenter partout où elle passe.
Les habitants souhaitent l’organisation de fréquentes rondes des forces de l’ordre dans ce quartier voire son électrification.
Adama Diaby à Kédougou pour xibaaru.com

2 Comments

  1. Depuis quand il y a un quartier « Ndiormy » à Kédougou???
    vraiment blizzard cette histoire

Les commentaires sont fermés.