Un Oustaz veut marier une fille mineure de 14 ans et paye la dot…Les gendarmes ne font rien malgré une plainte

Un enseignant de l’école publique, Oustaz de son état veut marier une fille de 14 ans. Il paye la dot. Et pourtant la fille est mineure. C’est un enseignant à l’école élémentaire qui veut épouser une fille originaire de Bambaly qui est en classe de 3e au Cem Fodé kaba Doumbouya

Cela devrait pousser les autorités à interdire ce mariage et à la justice de poursuivre l’enseignant indélicat pour détournement de mineure. Mais rien.
En lieu et place de justice, cette affaire vire à la médiation ou c’est l’enseignant indélicat qui réclame…Et les gendarme qui font la médiation.
On vous a dit que le Sénégal de Macky marche à l’envers. Voici une affaire qui va faire un scandale dans la gendarmerie.
Des gendarmes qui voient un enseignant vouloir marier une fille de 14 ans et font de la médiation au lieu de le foutre en prison. Mais les gendarmes font de la médiation pour empêcher à l’enseignant de ne pas réclamer sa dot qu’il avait déjà versée à la famille. Une histoire qui met en exergue l’inexpérience de certains gendarmes qui peinent à exécuter les lois de la République et surtout qui font la part belle à des victimes…Suivez le récit du correspondant de xibaaru à Sédhiou….

Sédhiou : le mariage précoce se casse à la brigade

Le rêve de cet enseignant qui habite au village de Bloc dans la commune de Diendé, de convoler en juste noce avec une minette de 14 ans vient d’être brisé ce vendredi à la brigade de Sédhiou. Ce mariage coutumier scellé dans l’intimité familiale à Bambaly, a attiré l’attention du service de l’Action Educative en Milieu Ouvert (AEMO). Malgré le consentement de la famille et de la fillette, l’Aemo a décelé un détournement de mineur pu isque la mariée n’a pas l’âge requis. Pour limiter les dégâts, le mari qui n’en revient toujours pas, a été gentiment prié de mettre fin à son projet consistant à surseoir à consommer le mariage. Il faut dire que rien n’a été facile puisque le mari qui voue un amour viscéral à cette adolescente qui fait sa troisième au collège souhaite, le cœur meurtri, être remis dans ces droits. Ayant casqué fort pour obtenir la main de la fille, il réclame le remboursement total de la dot à la belle-famille qui n’est plus dans les dispositions de le faire. Il a fallu une intense médiation du Maire de la commune de Bambali pour amener les deux partis à s’entendre devant les pandores.
L’enseignant arabe dont le cœur bat toujours pour sa jeune épouse ne semble pas mesurer le danger qui le guette. Mais face à la pression de l’AEMO, l’entregent du Maire et à la patience du Commandant Ndiaye, il a fini par renoncer à tous les présents qu’il avait offert à la famille de sa petite dulcinée mineure.
Sanoussy Dia à Sédhiou pour xibaaru.com