Tamsir Faye a-t-il dit vrai sur la Police française ? L’ONU vient de condamner les violences policières en France

S’il y a quelqu’un qui doit se réjouir, c’est bien Tamsir Faye…Au même moment où avait lieu l’incident de Marseille l’impliquant, la France, ce grand pays qui se vante d’être le berceau des droits de l’Homme, était condamnée par le comité des droits de l’homme de l’ONU qui lui reprochait ses violences policières.

Le 23 juillet 2015 dans l’après-midi soit deux jours après l’interpellation de Tamsir Faye (arrêté le 21 juillet), le Comité des droits de l’homme de l’ONU a rendu ses recommandations concernant la France, faisant suite à l’examen périodique qui s’est déroulé au début du mois de juillet à Genève.
Le comité des droits de l’homme rend son verdict : La France n’est pas le pays des droits l’homme
Lois antiterroristes, surveillance, respect des minorités, milieux carcéral et violences policières, droit d’asile et le sort des migrants, des Roms, Outre-Mer : la France est loin d’être le pays des droits de l’homme.
VIOLENCES POLICIERES ET SURPOPULATION CARCERALE
Le comité des droits de l’homme de l’ONU a notamment estimé qu’il n’y a actuellement en France pas assez de contrôle sur la manière dont les forces de l’ordre font usage de la force, ce qui accroit les risques de violences policières et alimente un climat d’impunité. La dignité des personnes détenues, qu’il s’agisse de nationaux ou de migrants, en métropole et plus gravement encore en Outre-Mer, fait l’objet d’une vigilance particulière du Comité.
Et sur ce point, le cas Tamsir Faye n’est-il pas un cas parmi tant d’autres impunités dont jouit la Police Française ?
Comme l’a dit Souleymane Jules Diop, seule la version de la presse française citant une vieille dame non identifiée a fait foi et le procès-verbal de la Police a fait loi…Quid de la version de Tamsir Faye ? Certes il n’avait pas le droit de critiquer son pays d’hôte en tant que Diplomate…Mais Tamsir Faye n’est pas le seul à mettre en cause l’usage excessive des forces de police française…
Car les questions de violences policières en France ont été portées devant les plus hautes autorités par des droits de l’Hommistes.
« La quasi-totalité des violations des droits de l’homme dénoncées par L’ONG ACAT (Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture) a fait l’objet de recommandations du comité au gouvernement français, sur les questions de rétention de sureté, sur les violences policières, de surpopulation carcérale, sur les procédures prioritaires et l’absence de recours effectif et égal pour tous les demandeurs d’asile, et sur le sort des migrants, notamment en outre-mer » commente Eve Shahshahani, responsable asile à l’ACAT.
« Le gouvernement, dont on attend des mesures concrètes pour obéir aux recommandations des experts de l’ONU, semble bien peu disposé aux compromis. La France a au contraire passé en force de nombreuses réformes contraires à l’esprit des recommandations du Comité, notamment en ce qui concerne l’asile et l’immigration, et persiste dans sa surdité, sans dialogue, comme le démontre l’actualité récente sur le Flashball » déclare Salomé Linglet responsable prisons, police et justice à l’ACAT.
Par El hadji Diagola, envoyé spécial à Paris pour xibaaru.com