Révélations fracassantes de Fada et de ses partisans depuis Paris…Karim Wade est un voleur

Tous les moyens sont bons pour se défendre.
Accusé par le Parti Démocratique Sénégalais qui, par la voix de son coordonnateur, Oumar Sarr, déclarait que le président Macky Sall faisait un chantage sur sa personne concernant ses biens mobiliers cachés en Europe, Modou Diagne Fada, le leader des refondateurs du PDS, a opté pour une ligne de défense dévastatrice qui va faire couler beaucoup d’encre et de salive…
De retour de Zurich, la capitale suisse où il assisté à une réunion du comité exécutif de l’Internationale libérale, Modou Diagne Fada, le président du groupe parlementaire des Libéraux et démocrates et en même temps leader du mouvement des refondateurs qui veulent dégager le vieux Abdoulaye Wade de la tête du PDS, est arrivé à Paris hier pour rencontrer ses partisans et ses inconditionnels pour porter le combat au sein du parti.
Selon notre ARI dans la capitale française, « Modou Diagne Fada a établi ses quartiers dans le chic quartier de « la Défense » et dans le luxueux hôtel Pullman (Pub gratuite) pour la période allant du 14 au 18 juin. Et là il a reçu plusieurs de ses bras armés qui, au sortir de leur audience avec leur leader, ont commencé& à diffuser des messages très compromettants pour le candidat du PDS Karim Wade ».
Un des leurs qui n’était pas d’accord avec la nouvelle position de défense a confié à notre ARI (agent de renseignement infiltré) sa désapprobation sur cette nouvelle approche du combat interne dont Diagne Fada se réclamait : « on a eu une discussion et tout était basé sur Karim Wade qui est aussi mon candidat. Et on nous demande de défendre notre leader en attaquant. Ce dont je suis d’accord. Mais quand l’attaque porte sur Karim Wade et déclarer qu’il est un voleur, alors moi je me démarque. Je suis contre ce genre de procédé » dit-elle à notre ARI avant de rajouter : « C’est fini, je ne rentrerai plus dans ce jeu de destruction du PDS… »
Des révélations qui vont sans doute faire couler beaucoup d’encre au PDS…mais aussi des salives dans les rangs des karimistes qui auraient été recadrés par Karim Wade.
Selon nos confrères de Dakaractu dans leur édition du dimanche, « le candidat du PDS Karim Wade aurait été très furieux et remonté contre les karimistes et l’ensemble des responsables du PDS qui ont eu à faire des observations malveillantes contre Modou Diagne FADA, allant même jusqu’à demander son exclusion du PDS ». Et toujours selon nos confrères, Karim WADE, serait « favorable au rassemblement et non à la division et aux querelles inutiles qui sont de nature à diviser, voir affaiblir le PDS en perspective de la prochaine élection présidentielle… »
Mais aujourd’hui avec ces révélations fracassantes, le candidat du PDS doit se sentir malheureux. Lui qui voulait prendre la défense de Modou Diagne Fada en vue d’un grand rassemblement autour de sa personne, doit déchanter du fond de sa cellule de Rebeuss car l’homme dont il veut prendre la défense le livre à ses bourreaux en lâchant ses bras armés sur les réseaux sociaux pour salir son image et l’enfoncer davantage.

Mobel Sirah Ba pour xibaaru.com

2 Comments

  1. badola mom badola rek lay doon nga sangue douko téré nek badola ngua khasse douko téré nek badola keur guou rafet douko téré nek ba dola auto bou rafet tam nonou kone nak fada souleymane ndéné awa ndiaye innocence ntab ndiaye et j en passe.
    WAYE KARIM NAK DEF LENE NDAK CI MOM YALLA MOM LA ANDAL LIKO DAL NATOU LA NDAKH LE PROPHETE MOISE A ETE EMPRISONNE PAR LE PHARAON RAMSES AVANT QUA YALLA DIKO DEF PROPHETE kone nak laissez karim

  2. Rappel.
    Dans ce procès, on est bien dans le fond du dossier, non ? Jules Diop nous disait que la CREI détient des preuves irréfutables. On comprend que c’est parce que les gens se disaient que la CREI n’a aucune preuve. Jules Diop nous disait donc qu’au procès, « attendez-vous à voir et entendre autre chose que ce que vous avez lu jusque là dans la presse ». Autrement dit si votre conviction est bâtie sur ce que vous avez lu jusque là dans la presse, sachez qu’il y autre chose. Or, à la date d’aujourd’hui, qu’avez-vous vu ou entendu de nouveau dans le procès et que vous n’auriez pas lu dans la presse ?
    En 2002, Latif Coulibaly disait: » Karim a volé des milliards » avec comme seules preuves sa plume, sa haine et ses objectifs politiques. Et Karim répondait: » Ce sont des accusations mensongères, sans fondement ». Et le peuple, arbitre, se disait qu’il n’est pas possible de se faire une certitude, parce que c’est son père qui est au pouvoir.
    De 2002 à 2012, les Jules Diop, Madiambal, Yakham, Dansokho, Bathily ont continué de répéter « Karim a volé des milliards » et Karim a continué de répéter » ce sont des accusations mensongères ».
    De 2012 à 2014, le travail médiatique a été fortement renforcé par un procureur qui est allé en conférence de presse crier « Karim a volé des milliards » et Karim de répéter « Accusations mensongères ».
    Si dans ces conditions on arrive à un procès, que doit on attendre de ce procès ? Les mêmes sempiternelles « Karim a volé des milliards » et « accusations mensongères » ? Vous conviendrez avec moi qu’on doit attendre de ce procès ce que Jules Diop nous avez promis. Ce qui, dans tous les pays du monde, est appelé « pièces à conviction ». On attendait du procureur spécial, on attendait des avocats de l’état, après « Karim a volé des milliards » et « accusations mensongères » qu’ils nous disent « voici le document qui met fin à vos dénégations », « voici l’objet qui prouve que vous êtes des complices », « voici le matériel qui affirme que vous avez volé », « Voici la pièce qui atteste que vous possédez telle chose ».
    On attend d’un tribunal des éléments, des objets, du matériel, qui nous fait passer de la phase affirmative et subjective à la phase scientifique et objective. On attend d’un procès la matérialité qui met fin au narratif. Le procès ne peut être un prolongement, dans le Palais de Justice, des tournures de phrases de campagne électorale.
    Et pourtant entre 2002-2012 et 2014, l’état a dépensé pas moins de 10 milliards en honoraires, frais de mission, émoluments d’experts, et commissions rogatoires. Vous conviendrez avec moi, qu’on ne se déplace pas du Sénégal à Monaco pour aller chercher une belle phrase. On y va pour chercher des éléments matériels. On se déplace à Singapour pour avoir du matériel et non pour y chercher un beau parleur. L’état a donc payé 10 milliards pour réunir du matériel pour un procès. Au procès, ce devait donc être du matériel.
    Malheureusement, à la date d’aujourd’hui, au Tribunal, le procureur remplace un Dansokho politique, un avocat remplace un Latif, un autre avocat remplace un Jules Diop; et avec les mêmes moyens: la belle langue, la haine bien affiché (même si c’est du théâtre) et leurs objectifs politiques. En procès (en 2014), la situation est la même qu’en 2002. Les politiciens affirmaient que Karim a volé (eux, on les comprend), la CREI continue à affirmer que Karim a volé, alors que l’état a dépensé 10 milliards pour qu’on franchisse l’étape des affirmations.

Les commentaires sont fermés.